Résumés des interventions

Session 1 : Le travail de l’autogestion

 

Marie-Christine Bureau (Cnam, Lise, CNRS)

Travail, organisation et prise de décision dans les makerspaces : une philosophie et des outils  

Qu’on les nomme makerspaces ou tiers lieux, on observe aujourd’hui, sur l’ensemble du territoire, le développement foisonnant d’initiatives qui présentent plusieurs traits communs. Tout d’abord, ces initiatives se concrétisent par l’ouverture d’un lieu, équipé de machines, outils, réseau numérique et matériel divers, comme support de rencontres et de projets individuels ou collectifs. Ensuite, il s’y déploie une activité intense de délibération pour définir les règles communes aux membres du collectif et prendre les décisions relatives à la gestion du lieu. Enfin, l’organisation pratique de la vie collective et des activités économiques nécessite un véritable bricolage institutionnel à partir des statuts juridiques et professionnels existants. Si le terme d’autogestion ne fait guère partie du vocabulaire utilisé, ces expériences ont bien pour enjeu l’appropriation collective d’outils et de savoirs, en particulier de savoirs techniques. A partir de plusieurs exemples de terrain, nous chercherons à mettre en évidence et à caractériser les formes de « hacking institutionnel » qui accompagnent le développement de ces lieux.

 

Marie-Geneviève Dezes (CNRS et Institut Français d’Histoire Sociale)

L’autogestion : remède ou placebo ? Querelles françaises sur les modèles 1960-1980

 

Guillaume Gourgues (Université de Franche-comté, CRJCFCHERPA)

L’autogestion est-elle une solution ? L’incertaine « grève productive » des travailleurs de Lip (1973-1978) 

Si l’occupation productive des usines horlogères Lip, à Besançon, entre 1973 et 1977, a constitué un point de cristallisation important des controverses politiques sur l’autogestion, les liens qu’entretiennent les travailleurs eux-mêmes avec la thématique sont complexes. En effet, la reprise concrète de la production dans l’usine, à partir de juillet 1973, ouvre un intense débat au sein de la communauté de travail : faut-il pérenniser l’expérience et s’engager dans la voie autogestionnaire ? Faut-il au contraire défendre sa place dans le rapport salarial fordiste en demandant un patron ? En renseignant les hésitations, tâtonnements et revirements des travailleurs de Lip concernant leur « devenir autogestionnaire », via un travail archivistique, nous proposons de saisir le « moment Lip » comme révélateur d’un dilemme, encore d’actualité, sur les voies de la résistance ouvrière face à la montée en puissance d’une doctrine néolibérale pouvant parfaitement s’accommoder d’un passage ponctuel et ciblé à la propriété ouvrière.

 

Simon le Roulley (Université de Caen, CERReV, RT25)

L’autogestion c’est du boulot ! Regards sociologiques sur la construction d’une expérience autogestionnaire et autonome. 

Si l’autogestion existe comme mode d’organisation alternatif du travail, le sociologue peut l’observer comme un évènement, une rupture expérientielle au sein d’un lieu de travail. Dans ce cas, on observera la façon dont l’autogestion modifie à la fois la pratique des travailleurs, mais aussi la façon dont il modifie la perception du travail. Mais si on changeait la focale ? Si on partait de l’autogestion non comme alternative à l’existant, mais comme conjuration de l’existant ? Non comme une alternative salariale mais comme un modèle contre-salarial. C’est le cas de l’expérience que nous allons décrire. Cette expérience est celle d’un espace autogéré fondé non pas sur un principe d’altération de l’organisation du travail salarié, mais sur le refus du travail salarié. Dans cet espace, des musiciens refusant la professionnalisation, des individus organisant des ateliers de philosophie, des expositions d’artistes, des réunions de collectifs politiques libertaires, des cantines, des projections, etc. S’il n’y a pas « travail » au sens où l’entend le modèle salarial, il y a néanmoins un ensemble de travaux nécessaires à la fois à la structuration matérielle du lieu mais également à l’organisation de sa vie. Nous reviendrons sur cette expérience en présentant les traditions politiques qui composent cet espace, les conflits idéologiques, et la division du travail qu’on y observe. Dans ce cas, on le verra, l’autogestion porte en elle une conflictualité nécessaire au dépassement des contradictions politiques pour s’imposer comme un espace politique d’émancipation. Mais dépasser les contradictions, c’est du boulot !

 

Session 2 : le travail en autogestion

 

Lara Alouan (Université d’Evry, CPN)

Autogestion en hackerspace : l’expérience de Phénix 

Les hackerspaces, formes expérimentales de laboratoires ouverts, se présentent comme des lieux autogérés, partiellement autofinancés, au sein desquels les participants peuvent travailler sur leurs projets, tout en étant vivement incités à coopérer avec leurs pairs. Plus précisément, ces organisations constituent des tentatives pour incarner dans le champ économique un projet politique. En effet, selon un de ses acteurs, « l’objectif de faire un pont entre le monde des hackers, des créatifs technologiques est une démarche politique assumée ». Ces espaces sont présentés : a) comme des espaces de ressources pour les « créatifs », lesquels mutualisent leurs pratiques artistiques, technologique et culturelle ; b) et aussi comme des lieux de production, de programmation et d’événements culturels, selon le modèle de partage de l’éducation populaire. Les membres adoptent une démarche de recherche de délibération citoyenne comme modèle de décision, sous forme de consensus et revendiquent la conception et la mise en œuvre expérimentale de formes alternatives de gestion. Cette élaboration d’alternatives à la gestion capitaliste ou néolibérale est annoncée comme le fruit d’un travail collectif fondé sur le « faire ». Ces initiatives ont, le plus souvent, éclos au sein de squats, bâtiments laissés vides voire à l’abandon. Pour les concepteurs des hackerspaces, cette forme d’appropriation par la lutte et dans les « marges » se justifie par le principe suivant : « c’est la seule manière d’obtenir un espace conséquent pour des serveurs, rencontrer des personnes qui communiquent dans des ailleurs alternatifs ». Pourtant, cette autogestion affichée, recherchée, ne va pas de soi et va faire l’objet de tensions et de compromis entre différentes tendances au sein même des organisations, mais aussi avec le territoire, les riverains. Nous souhaitons analyser ces tensions et ces compromis au regard d’observations participantes et d’entretiens conduits dans deux hackerspaces, présentant une philosophie de « laboratoire de garage », associée à une démarche militante. Nous soulignerons en particulier que les modalités de gestion mobilisés par les acteurs ne sont que très partiellement qualifiables de dispositifs alternatifs de gestion.

Mateï Gheorghiu (IRISSO, Dauphine)

L’autogestion comme horizon et méthode d’apprentissage collectif 

L’idée d’autogestion irrigue la pensée et les pratiques socialistes ou libertaires depuis leurs débuts sous différentes formes. Elle suppose une participation égale de tous les membres d’un collectif à la prise des décisions le concernant. Dans le paradigme marxiste, l’autogestion se confond avec l’horizon révolutionnaire : le contrôle des outils de production par les ouvriers, la fin de la propriété privée et l’élimination des modes de décision obéissant à la rationalité capitaliste.

Si l’idée paraît séduisante, peut-elle se mettre en place dans la pratique ? Quels niveaux de décision sont concernés ? Si chaque membre est comptable de ses actes qui affectent le groupe, faut-il pour autant qu’il en appelle à une décision collective à chaque fois qu’il lui faut faire un choix ? On peut facilement se représenter des groupes autogérés passant plus de temps à débattre plutôt que d’agir. Mais on peut aussi reconnaître à l’autogestion comme horizon des vertus stabilisatrices, par sa capacité entre autres à produire de la légitimité dans un collectif.

Je souhaiterais illustrer les vertus et les faiblesses des tentatives d’organisation autogestionnaire en m’appuyant sur plusieurs expériences, l’occupation et l’autogestion de squats libertaires, la fondation (et le maintien) d’une TPE et l’émergence d’une organisation collective des Tiers lieux en France, à travers la fondation d’une association, le Réseau Français des Fablabs.

 

Stéphane Jaumier (Grenoble, Ecole de management)

L’entreprise comme lieu de démocratie et égalité radicales : l’exemple des hiérarchies à domination inversée 

En théorie des organisations, il existe un large consensus sur le caractère contradictoire des notions de hiérarchie et démocratie. La hiérarchie est en effet ce qui institue des inégalités officielles de statut entre les acteurs de l’organisation (on parle alors de hiérarchie formelle) ou rend compte de l’existence officieuse de telles inégalités (on parle alors de hiérarchie informelle). Si la démocratie se comprend comme la prise en charge par les acteurs de leurs propres affaires dans le cadre d’un processus relativement ouvert et égalitaire de discussion publique (Graeber 2005), les inégalités hiérarchiques ne peuvent que constituer un frein à ce processus. En conséquence, les auteurs qui se sont intéressés à la démocratie organisationnelle ont considéré que celle-ci passait par l’allègement de la structure hiérarchique voire sa totale suppression. Mon objectif est de remettre en cause ce postulat en suggérant que la hiérarchie peut sous certaines conditions encourager l’égalité et la démocratie plutôt que l’empêcher. Pour ce faire, je m’appuie sur la notion de hiérarchie à domination inversée (‘reverse dominance hierarchy’) développée par l’anthropologue Américain Christopher Boehm afin de caractériser des sociétés dans lesquelles le pouvoir est situé à la base de la pyramide plutôt qu’à son sommet. Je souligne ensuite la pertinence de ce concept pour la théorie des organisations en l’appliquant à l’étude ethnographique d’une coopérative de salariés dans laquelle j’ai travaillé comme ouvrier pendant un an. En décrivant successivement l’ethos égalitaire propre à la coopérative, les mécanismes par lesquels le pouvoir y est tenu à distance et les fonctions particulières assurées par ses responsables, je montre en quoi cette organisation répond précisément à ce modèle de hiérarchie à domination inversée.

Maxime Quijoux (CNRS, Printemps, UVSQ)

La CGT, autogestionnaire ?  Retour sur l’expérience contemporaine d’une imprimerie reprise par ses salariés

En dehors de la parenthèse autogestionnaire de la CFDT dans les années 1970, les principales organisations syndicales françaises ont longtemps oscillé entre mépris et indifférence à l’égard des formes horizontales de gestion du travail. Si elles entretiennent encore aujourd’hui une attitude très prudente à l’égard des principaux modèles démocratiques du travail, comme les Sociétés Coopératives et Participatives (SCOP), les importantes transformations que rencontre le marché du travail depuis 30 ans conduisent des collectifs syndicaux à s’intéresser à ce type d’entreprises et à ses modalités spécifiques d’administration. Au cours de cette présentation, il s’agira de rendre compte de cette évolution, sur ses causes tout comme sur les expressions qu’elle prend lorsque les syndicalistes obtiennent la reprise de leur entreprise en coopérative : comment naît le projet syndical d’assumer collectivement la gestion de son entreprise ? Surtout, de quelle manière les représentants de salariés organisent-ils la vie démocratique de leur entreprise ? A partir d’une enquête menée au sein d’une imprimerie reprise en 2012 par ses 80 salariés en région parisienne, nous montrerons que, si cet intérêt nouveau pour l’autogestion est souvent imposé par l’urgence des restructurations, il n’est pas pour autant dépourvu de certaines représentations. Il s’agira alors de les examiner et d’étudier les types de pratiques autogestionnaires qu’elles produisent, dans des contextes économiques et professionnelles qui les contraignent fortement.

 

Session 3 : Le travail par l’autogestion

 

Jean-François Draperi (Cnam, Lise)

Ouverture sociétale de l’autogestion et principes coopératifs 

Pour inscrire l’autogestion dans la durée, il est nécessaire de considérer non seulement l’organisation de travail mais aussi la propriété, l’administration, la gestion et l’économie générale de l’entreprise. Il est ainsi intéressant, non seulement de se tourner vers la forme coopérative mais aussi de considérer la propriété de l’entreprise par d’autres groupes que les salariés. La double qualité, qui désigne le fait que les bénéficiaires de l’action économique sont également les décideurs de l’action politique, n’est pas l’apanage des producteurs (et particulièrement des salariés). Les critiques portées par Marx, mais aussi, sous un autre angle, par Charles Gide et Jean Jaurès, à la coopération de production, éclairent la thèse d’une gestion assurée par les usagers plutôt que par les salariés. Après l’observation des limites des deux modèles de la coopération de production et de la coopération de consommation, on abordera la question du multi-sociétariat. Associant travailleurs et consommateurs, la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) retrouve l’intuition initiale du mouvement coopératif pré-rochdalien d’une coopération intégrale, multi-sociétaire et plurifonctionnelle.

Brice Nocenti (Université Paris 7, LSCP)

Critique de la « participation » et critique des dispositifs de gestion dans le débat autogestionnaire des années 1970 en France.

Cette communication envisage les rapports entre l’autogestion et les dispositifs de pouvoir dans l’entreprise du point de vue d’une analyse des principales revues et ouvrages publiés par les militants autogestionnaires des années 1970. Que pensent-ils des dispositifs proposés à l’époque par le patronat modernisateur, comme celui des « groupes semi-autonomes » ? Nous allons voir que, de manière précoce, les partisans de l’autogestion se livrent à une critique féroce de l’« intégration » des dominés par la « participation ». Ensuite, quelle place les projets autogestionnaires accordent-ils aux dispositifs de gestion de l’entreprise capitaliste de leur époque (comptabilité analytique, contrôle budgétaire, structure hiérarchico-fonctionnelle…) ? Les naturalisent-ils dans une prétendue « rationalité » ? Les critiquent-ils ? Nous allons voir qu’entre les partisans l’autogestion, un débat fait rage quant à la répartition du travail d’organisation du travail.

 

Clément Ruffier (Centre Max Weber,ANACT),Camille Boullier (Lise-Cnam, Anact), Thierry Rousseau (Anact)

Modalités d’exercice du travail d’institution autogestionnaire dans une entreprise libérée, une SCIC et une SAPO 

Notre communication s’appuiera sur l’étude croisée de trois cas distincts – une entreprise libérée, une société coopérative, une SAPO autogérée. Il s’agira de mettre en discussion les modalités d’exercice de ce travail de l’institution, dans ces entreprises pour qui l’autogestion est soit une inspiration, une aspiration ou le projet fondateur. Dans l’entreprise libérée étudiée, l’affirmation d’une liberté de tous autour de valeurs communes est censée rendre obsolète ce travail d’institution perçu comme lourd et contraignant. Dans la coopérative étudiée ce travail s’appuie et adapte un modèle institutionnel défini par ailleurs, les statuts coopératifs. Dans la troisième entreprise, le choix a été de s’appuyer sur un modèle de gouvernance plus ouvert la SAPO.  Nous nous interrogerons alors sur les effets de ces choix en s’intéressant aux critères prioritairement mis en place, aux éléments qui résistent le plus au travail du collectif, à la manière dont sont pris en compte les rapports de pouvoir (liés à l’ancienneté, à l’ancienne hiérarchie, à l’assertivité de certains, au capital etc.) et enfin aux obstacles inhérents à la mise en place d’une organisation appelant la participation et l’engagement de tout.e.s (reconnaissance des enjeux d’apprentissage notamment).