Journée d’étude – La main pense

En hommage à Jean-Pierre Poitou

Aix-en-Provence – Lest – Vendredi 24 juin 2022

 

Disparu en 2017, Jean-Pierre Poitou était un pionnier de la recherche en  anthropologie des connaissances, titre de la revue qu’il avait contribué à fonder en 2007.

 « Jean-Pierre Poitou était un homme discret mais il savait affirmer des idées originales et les défendre avec force (…) Jean-Pierre défendait l’idée d’une analyse matérielle des connaissances, une analyse empirique des pratiques, qui porte son attention au geste technique, aux lieux de production de connaissance comme les bureaux d’études et aux processus cognitifs, eux-mêmes entendus comme une activité sociale et définie dans et avec le social et non comme une activité individuelle purement mentale et déconnectée des contraintes matérielles et sociales. Sa réflexion, d’une grande originalité, s’appuyait sur l’analyse des techniques et des savoir-faire nécessaires pour la faire fonctionner. »[1]

Cette journée aura pour but à la fois de retracer son parcours intellectuel ; de prendre la mesure de ses apports scientifiques au travers des travaux conduits en anthropologie, en sociologie, en psychologie, et en ergonomie par les chercheurs qui s’intéressent aux sciences et aux techniques et à leurs dimensions socio-historiques ;  ou encore de dialoguer avec ses recherches et ses interventions en entreprise à partir d’autres perspectives théoriques.

 

Collectif d’organisation 

Paul BouffartigueCaroline LancianoClaude ParaponarisDanielle Bellan

Inscriptions à la journée : auprès de Jocelyne Martiniere Tesson

jocelyne.martiniere-tesson@univ-amu.fr

 

Programme

 

Matinée (9 h.-12 h. 30)

Ouverture (direction du Lest)

Danielle Bellan, Marie-Françoise Bonnet et Monique Vion : « De la psychologie à l’anthropologie des connaissances : un parcours institutionnel et intellectuel » (1).

Trois collègues de Jean-Pierre Poitou explorent son parcours institutionnel et scientifique. Elles esquissent, en toile de fond, les développements de la Psychologie au cours du XXème siècle : entre recherche problématique de son unité, apparition de nouvelles orientations disciplinaires comme la psychanalyse sous l’étiquette de la psychologie clinique, confrontations avec le monde des médecins, réponse à de nouveaux besoins sociaux, etc. Elles dépeignent d’abord dans ce contexte ce que fut le paysage parisien de la psychologie dans les années 1950/1960, temps de la formation du jeune Jean-Pierre Poitou comme psychologue expérimental. Et insistent sur l’influence de la pensée de Louis Althusser dans l’inflexion de son travail de recherche au cours des années 1970.

Danielle Bellan, Marie-Françoise Bonnet et Monique Vion : « De la psychologie à l’anthropologie des connaissances : un parcours institutionnel et intellectuel » (2).

Cette seconde communication poursuit l’analyse du parcours de Jean-Pierre Poitou au cours des années 1980/1990, le sens de la création de la revue « Technologies, Idéologies Pratiques », le choix de la Conception Assistée par Ordinateur comme terrain privilégié d’objectivation des dimensions objectales des fonctions mentales, et son attachement paradoxal à la défense de l’unité de la discipline psychologique.

Rigas Arvanitis et Dominique Vinck : « Créer une revue d’anthropologie des connaissances ».

La transmission des savoirs était une préoccupation importante dans les travaux de JP Poitou. Il avait le souci de faire et de faire savoir. C ‘est tout naturellement qu’il avait créé une revue dont les initiales étaient le titre TIP- Technologies, Idéologies, Pratiques. Ces mots, tous au pluriel, marquent les différents objets d’intérêt pour JP Poitou. Les deux premiers numéros de la revue furent publiés en 1994 et 1995 sur des sujets à cette époque rares et novateurs (la diffusion des innovation et la transformation des systèmes productifs). Après une interruption, la revue TIP devient en 1998 une revue annuelle. Les volumes sont ciblés sur des terrains étudiés par des chercheurs en sciences sociales « de terrain » ou encore par des historiens de la mémoire. Jean-Pierre Poitou parlait d’anthropologie pour qualifier cette observation multidisciplinaire des pratiques de travail et de production. Que ce soit sur les chantiers navals, dans les entreprises, dans la construction, dans les textes anciens, il voulait que sa revue reflète des champs nouveaux, au-delà des limites disciplinaires. Il avait ainsi sous-titré la revue T.I.P. “revue d’anthropologie des connaissances ». Autour des années 2000, alors qu’il venait de relancer la revue, JP cherchait aussi un nouveau rédacteur en chef.  C’est au travers de ces rencontres et de manière indépendante que Jean-Pierre a proposé aux auteurs de cette communication (Dominique Vinck et Rigas Arvanitis) mais aussi à Christian Brassac de reprendre la revue qui aujourd’hui est une des plus importante de ce vaste champ d’études qu’est l’études des processus sociaux de création et de diffusion des connaissances. Et à bien des égards, nous pouvons penser que nous avons véritablement perpétué sa volonté de multidisciplinarité dans l’étude des savoirs, des pratiques, des technologies et des objets techniques et certainement aussi des idéologies.

Après-midi (14 h-17h)

Roger Cornu : « Mais que fait donc l’abeille ? Le désir et la volonté de comprendre »

Parler de Jean-Pierre Poitou en séparant le chercheur, l’artiste et le militant est, pour ma conception de la sociologie, impensable car on ne découpe pas une personnalité sociale en séparant le chercheur, l’artiste et le militant, mais on essaie de comprendre sa composition. C’est d’autant plus impossible pour parler de quelqu’un qui travaillait sur l’anthropologie des connaissances et pratiquait trois activités qui étaient des modes d’acquisition et de mise en œuvre de connaissances, la question restant de savoir comment ces trois modes se combinent. Les réponses possibles ne peuvent surgir que de l’analyse de situations concrètes où ces activités étaient en œuvre. Ayant rencontré Jean-Pierre lorsque nous étions étudiants et l’ayant fréquenté jusqu’à sa retraite, je vais essayer de contribuer, à travers quelques moments de nos rencontres, à la compréhension de son cheminement vers l’anthropologie des connaissances.

Alain C. Massabo : « Jean-Pierre Poitou ou “la main pense” ! »

Pour Jean-Pierre Poitou, une grande partie du savoir-faire (de l’intelligence ?) du modeleur, sa compréhension de la forme, se situait dans l’exécution de son geste. Comment capturer, transmettre voire enrichir ce savoir-faire ?

C’est probablement ce qu’il recherchait par sa contribution à des projets industriels relatifs à la Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO) : Un projet français – STEREO – en collaboration avec la société CISIGRAPH partiellement financé par le ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur ; Deux projets européens – FIORES-II et Touch and Design (T’nD) comme partenaire d’un consortium.

Nous verrons comment d’une rencontre-interview – début des années 80 – dans le cadre d’une enquête sur la CFAO française qu’il conduisait, Jean-Pierre fut impliqué dans ces projets. Nous exposerons quels en étaient les objectifs, les contributions de Jean-Pierre et ses équipes (LPC pour FIORES-II, PsyCLE pour T’nD), ainsi que les résultats du point de vue d’un industriel. Le traceur offert par la revue Technologies Idéologies Pratiques, dont JPP fut le créateur, et le Directeur sur vingt années, dessine un champ original d’investigation et une méthodologie novatrice.

Enfin quelques références clefs du travail de JPP sont rappelées, significatives des axes fondamentaux de ses recherches, qui évoluent vers une globalisation en termes d‘anthropologie des connaissances.

Claude Paraponaris : « Actualité de la pensée de Jean-Pierre Poitou »

La présentation de Claude Paraponaris consiste à énoncer la précocité des analyses de Jean-Pierre Poitou en matière de rationalisation des savoirs et des savoir-faire dans l’industrie à partir du milieu du XXème siècle.

Elle prendra appui sur trois textes de Jean-Pierre Poitou qui constituent trois axes majeurs de sa réflexion : L’émergence d’une industrie du logiciel devenant centralité de la rationalisation des savoirs industriels (ouvrage Trente de CAO en France, Paris, Hermès, 1989) ; La réhabilitation de la place et du rôle de la technique dans les dynamiques socioéconomiques (« La gestion des connaissances, comme condition et résultat de l’activité industrielle », Intellectica, vol. 22, n° 1, 1996, p. 185-202) ; La nécessaire anthropologie des connaissances pour comprendre la domination du discours cognitiviste dans cette rationalisation (« Des techniques de gestion des connaissances à l’anthropologie des connaissances », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 1, n° 1, 2007, p. 11-34).

Les intervenants

Danielle Bellan (psychologue), Marie-Françoise Bonnet (psychologue clinicienne) et Monique Vion (psycholinguiste) ont été membres du Laboratoire de Psychologie d’Aix-en-Provence.

Rigas Arvanitis (sociologue) est directeur de recherche au Ceped (IRD, Université René Descartes). Dominique Vinck (sociologue) est professeur à l’Université de Lausanne.

Roger Cornu (sociologue) a été, notamment, membre du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (Aix-en-Pce) et du Laboratoire d’Etude sur la Classe Ouvrière (Nantes).

Alain C. Massabo est ingénieur, il a été Directeur de la R&D chez CISIGRAPH, spécialisé dans le domaine de la Conception Assistée par Ordinateur.

Claude Paraponaris est Professeur en sciences de gestion (Lest-AMU).

 

[1] Rigas Arvanitis, « Créer la revue : un geste anthropologique. En hommage à Jean-Pierre Poitou », Anthropologie des connaissances, 11-02-2017, Pages 1-4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.