L’accompagnement : outils de domination ou d’émancipation ?

       

Jean-Louis Le Goff

Université de Rouen, DySoLa

 

 

Introduction

 

Dans quelle mesure l’accompagnement comme dispositif d’aide participerait  d’un processus d’émancipation (lutte contre l’exclusion,  les inégalités sociales, pour la réussite scolaire et professionnelle, pour le bien-être des personnes en souffrance)  ou   de domination, c’est-à-dire d’un rapport de pouvoir avantageant un groupe, une classe sociale ou une élite –  qui trouverait dans ce moyen une solution au maintien d’un statu quo social ? A un niveau plus modeste, l’accompagnement ne serait-il pas le fer de lance d’une activité socio-éducative à finalité économique soutenue par des travailleurs sociaux (ou du social) dont la fonction de conseil serait d’opérer à la fois une régulation d’un mal être ou d’une souffrance individuelle et un contrôle des publics à risque, à peu de frais dans un contexte de crise (économique et institutionnelle). L’accompagnement est en effet proportionnellement moins coûteux que des réformes dont la mise en œuvre comporterait des risques (politiques) peu maîtrisables au regard de la complexité des situations à gérer aux différents niveaux macro, méso et micro sociaux.

Poser les termes d’une problématique de ce genre peut paraître a priori un parti pris et une posture biaisée d’avance qui peuvent paraître de la part d’un sociologue quelque peu incongrus au regard des solutions pratiques apportées par l’accompagnement et de ses avantages nombreux et importants qui semblent en eux-mêmes suffire à légitimer son emploi. Le sociologue se posant cette question ne participerait-il pas d’une forme de nihilisme ambiant, d’une logique du complot ou d’un esprit  critique se voulant toujours en marge d’un certain conformisme (Martuccelli, 2002) ? Une sorte de réflexe professionnel qui serait moralement déplacé et malvenu compte tenu de la situation socio-économique et  du travail effectué par des institutions et des professionnels (dé)voués à l’amélioration des conditions d’existence de populations de plus en plus démunies ?

Ce serait oublier ou mettre de côté les enjeux que comporte l’accompagnement et à propos desquels il est facile de faire quelques constats : d’une part, la généralisation du phénomène d’accompagnement paraît en soi curieuse, voire suspecte dans sa dimension humaniste ostentatoirement affichée par moult institutions certainement pétries de bonnes intentions mais dont on connaît aussi le rôle dans le maintien d’un certain ordre social. Elle suggère au sociologue un processus qui par sa totalisation éveille la méfiance. D’autre part, la question du pouvoir, central dans l’accompagnement – ne serait-ce qu’au travers de ses modalités de réhabilitation capacitaires (enpowerment) des individus – semble avoir été évacuée (rapports égalitaires entre accompagné et accompagnateur) ; et en soi cet effacement des rapports de force inhérents aux relations sociales paraît une curieuse exception. Les professionnels eux-mêmes se sont emparés de cet outil comme s’il s’agissait d’un instrument neutre, en termes de manipulations des subjectivités, alors que l’on peut l’appréhender comme une véritable technologie de l’esprit ou de l’intellect (Danvers, 2012), invisible mais très efficace (tout au moins peut-on le supposer). Cet outil ne vise-t-il pas à rendre plus autonomes et responsables les individus qui en « bénéficient » ?

Aussi l’analyse critique paraît-elle inévitable et justifiée pour ne pas céder au caractère trop optimiste de tels dispositifs[1] dont les effets psychosociologiques restent à évaluer aussi bien pour les usagers que pour les accompagnateurs (Prodhomme, 2003). Dans le cadre de la Validation des acquis d’expérience (VAE), par exemple, nous avons constaté des contradictions et des incohérences produisant du désarroi chez les candidats (Aballéa et alii, 2012) et des dilemmes pour les professionnels (Le Goff, 2009 ; Guérin, Le Goff, 2011b). Plus globalement, comme système institutionnel de propositions, de décision, de mise en œuvre  de moyens réglementaires en vue de réaliser des objectifs de normalisation de l’action individuelle et collective sur la base d’une liberté et d’une justice sociale revendiquées par certains (politiques, professionnels) pour d’autres (usagers), l’accompagnement institutionnel semble pallier les insuffisances des dispositifs en place ou des logiques de projet en panne d’efficacité ou de légitimité (Boutinet, 2002).

La problématique se complique cependant un peu plus quand le sociologue participant lui-même, par exemple,  à l’évaluation d’un processus de professionnalisation de conseillers PRC (Guérin, Le Goff, 2012) ayant pour objet l’accompagnement de certains candidats, ou l’évaluation d’un dispositif de prévention du suicide en prison (Jamet, Le Goff, 2012b), est de fait – en tant qu’expert – partie prenante de la mise en œuvre des dits dispositifs (Grignon, 2004). Dans quelle mesure ne se fait-il pas alors le « complice » d’un processus qu’il se donne à critiquer ? Cette dimension critique est-elle mise à mal et à quel niveau (épistémologique, éthique) ? Peut-on encore parler  de neutralité axiologique le concernant ? Encore plus grave : le sociologue ne se met-il pas à faire lui-même de l’accompagnement en tant que chercheur (Singly de, 2004)  – ne serait-ce qu’en faisant des entretiens dans le cadre d’une demande institutionnelle ?

Les analyses proposées se baseront sur la mise en perspective de  résultats de recherche obtenus sur deux terrains différents (période 2009 – 2012) : principalement  la VAE (conseils et accompagnement) et les dispositifs de prévention du suicide en prison (codétenus de soutien)[2]. Nous chercherons, dans un premier point à définir les propriétés fonctionnelles de l’accompagnement pour les usagers au travers de ces deux dispositifs et à qualifier les limites auxquelles doivent se confronter les accompagnateurs (professionnels ou bénévoles)  pour remplir leur mission. Nous essayerons de dégager ce qui serait porteur éventuellement d’une forme d’émancipation et potentiellement de domination dans l’accompagnement en mettant en perspective ce que l’on observe au niveau des capacités réflexives et critiques développées dans ce cadre. Dans un second point, nous tâcherons d’analyser la posture (méthodologique, épistémologique et éthique) souhaitable pour un sociologue ayant pris comme objet de recherche l’accompagnement, en analysant sa contribution même indirecte et parfois involontaire dans le perfectionnement des dispositifs décrits.

Les conditions d’accès au terrain déterminant notre réflexion sont différentes pour les deux terrains servant à cette communication. Pour l’étude de la VAE, nous sommes partis de notre propre initiative d’une recherche collective (Le Goff, 2008) visant à analyser les acteurs de terrain (après avoir analysé le rôle des acteurs institutionnels). Cette recherche a donné lieu par la suite à un travail (actuellement en cours) sur la professionnalisation des conseillers  point relais conseil sur la base d’une coopération avec le service VAE de la Région Haute Normandie[3]. Cette professionnalisation a donné lieu à la mise en place d’un dispositif d’accompagnement (« appui renforcé ») consistant à suivre les candidats VAE de façon plus rigoureuse, du moins formellement (Guérin, Le Goff, 2011b). Concernant l’analyse du dispositif de prévention du suicide en prison par le biais des codétenus de soutien  (CDS), il est le résultat d’une réponse à un appel à projet du ministère de la justice. Notre intervention, visant à en faire une analyse socio-organisationnelle s’inscrivait dans le cadre d’une expertise du dispositif, voulue indépendante par la commission chargée de la mise en place de celui-ci[4]. Malgré les différences et les singularités propres aux deux situations d’accompagnement décrites, nous chercherons à souligner les convergences entre celles-ci : conscientisation, acceptation  d’un ordre social, recherche de sens pour soi et autrui, etc. Notre perspective vise à mettre en vis-à-vis ces deux réalités ou côte à côte afin de montrer (hypothèse générale),  par l’exemplarité des cas, les ambivalences de l’accompagnement pour les acteurs (accompagnants et accompagnés) et les organismes qui les mettent en œuvre. De l’analyse de ces ambivalences, le sociologue devrait être en mesure d’en déduire le degré d’emprise qu’ont ces dispositifs sur les subjectivités et leur rôle dans l’assujettissement ou/et l’émancipation des individus qui en « bénéficient ».

1.     La réflexivité dans l’accompagnement : une conscience malheureuse  

L’accompagnement est souvent présenté comme la possibilité de développer un souci de l’autre (ou care), parfois même « le souci du souci de l’autre[5] » (Beauvais, 2006). Qu’en est-il réellement dans le cadre d’un dispositif où certification et évaluation rime ensemble au travers de la réflexivité[6] ? Dans quelle mesure le souci de l’autre en devenir est-il le souci de l’autre en soi ou le souci de soi en l’autre ? La procéduralisation des dispositifs est-elle un garde-fou efficace ? En quoi l’accompagnement suppose-t-elle une soumission active et volontaire ? En quoi la réflexivité induite par le dispositif d’accompagnement représente une source de liberté ? Nous faisons l’hypothèse que l’accompagnement contiendrait intrinsèquement une capacité d’engagement visant à inverser les rapports asymétriques de la relation de domination ; capacité qui exigerait de façon contradictoire un contrôle institutionnel attribuant à ce processus une certaine validité.

 

1.1 L’accompagnement comme maïeutique : libérer ou contraindre ?

 

L’accompagnateur (professionnel ou non) doit prendre en compte impérativement notamment dans le dispositif VAE : d’un côté – et ce, malgré ou au-delà de sa propre identité et professionnalité (par exemple de formateur, plutôt portée à formaliser les savoirs) –, la nécessité morale de respecter intégralement l’expérience du candidat et sa démarche volontaire ; et d’un autre côté, l’obligation de contraindre celui-ci à soumettre son expérience à une transformation radicale sous l’impulsion des référentiels pour permettre sa validation. Le tout est  mis  sous le contrôle d’une certification pointilleuse censée administrer l’ensemble, par le jeu d’un système de règles exigeant du candidat responsabilité et autonomie (Lafont, 2009). L’accompagnateur doit ainsi prendre en compte la souffrance du candidat en compte (la quête de reconnaissance suppose en soi une faille dans l’estime de soi) pour l’aider à s’orienter dans sa démarche au regard des exigences procédant du système même de référentiels à respecter et à s’approprier pour écrire le livret  2.  La réflexivité comme capacité à développer  et comme résultat attendu de la part  du candidat (une autre manière de penser les problèmes) exige également de lui de le mettre à l’épreuve dans son être même, l’amenant à entamer parfois ce qui constitue sa « sécurité ontologique » – ou sentiment d’intégrité psychique – (Laing, 1980) et sa « conscience affective » – ou sentiment du moi d’exister – (Alquié, 1979). Aussi le sociologue est-il induit à s’interroger sur la nature de cette réflexivité imposée comme mode opératoire participant d’une socialisation à part (tertiaire résultant d’un travail réflexif et critique ?) grosse d’une remise en cause profonde tant personnelle que professionnelle (Le Goff, 2013a). L’acceptation de l’implication de soi dans une relation à un accompagnateur (pour l’accompagné) et à un accompagné (pour un accompagnateur) s’inscrit dans un processus de réification et d’autoréification que le sociologue doit interpréter également comme une source d’émancipation. Comment peut-on alors assimiler la soumission volontaire à une injonction procédurale (référentiel) à une source de liberté ?

Paradoxalement, chacun (accompagné et accompagnant) devra apprendre à la fois à s’investir et à se désengager du rapport subjectif qui le lie aux réalités de l’accompagnement. D’une certaine manière, il s’agira de produire une action réflexive impliquant chacun à sauvegarder  pour soi  la liberté de l’autre. Au nom de celle-ci seront valorisées des valeurs telles que : respect, authenticité, empathie. « L’acte éducatif étant avant toute chose un acte de parole. A ce titre, la vérité du sujet doit prendre le pas sur celle de l’expert et de son discours savant » (Erouard, 2003, p.2). Toute l’ambiguïté du rôle social de la réflexivité est cependant maintenue dans cette idée de vérité personnelle, objet de toutes les attentions dans la formation et la VAE[7], surtout dans le domaine du travail social (Le Goff, 2013b). La réflexivité est censée pouvoir conforter celle-ci, quelles que soient les conditions matérielles rencontrées par l’usager et le travailleur social. A son corps défendant, ce dernier tentera d’apporter à l’usager, au-delà voire aux antipodes d’une posture d’expert détenteur d’un savoir d’exception (analytique et souvent dominateur), une réponse qui n’en sera pas vraiment une ou plutôt en forme de question (on pense à Socrate et à sa maïeutique).

 

« Je pense qu’il y a une différence entre l’expert dans le métier et l’accompagnateur VAE. Je ne suis pas sûre que l’expert, dans le métier, soit le meilleur accompagnateur. Par définition, pour moi, parce qu’il est formaté et l’accompagnement n’est pas formaté […] Je me disais : “mais le formateur il serait passé à côté”. Il serait passé à côté parce que moi je le regardais d’un œil neuf, une oreille vraiment attentive par rapport à l’accompagnement » (accompagnatrice, association de formation au travail social).

 

Comme le signale en effet P. Paul : « Inverser les valeurs habituelles, reconnaître que quelque chose échappe à l’objectivité, affirmer l’importance de différents lieux de l’être et de la singularité qui en émane, tendue vers l’universel, telles sont sans doute les finalités les plus accomplies de l’œuvre d’accompagnement en son processus maïeutique » (Paul P.,  2003, p.2). La posture que développe cette démarche permet ainsi de mettre en relation action et pensée dans une boucle réflexive, ouverte volontairement sur l’inconnu même si des réserves sont émises : « Dans l’accompagnement, nous ne sommes pas sur le mode de “l’accaparement”, dans lequel l’accompagné pourrait se retrouver sous l’emprise excessive du désir et des valeurs de l’accompagnateur ; ce serait une prise de pouvoir sur l’autre. L’accompagnateur peut aussi se maintenir dans une position d’évaluateur, l’auteur des bilans, des corrections, ce qui risque d’enfermer l’accompagné dans un système donné sans laisser place à la créativité, car il risque de se conformer à ce qu’il pense que l’on attend de lui, son premier souci étant d’obtenir son diplôme »  (Abels, 2003, p. 2). La possibilité d’une chosification de l’autre, même partielle et involontaire, amènerait en retour le risque d’une dénaturation profonde du travail d’accompagnement et donc, par voie de conséquence, du travail social[8] dans son ensemble (Friedrich et alii, 2009). Les travailleurs sociaux ou du social craignent en effet par-dessus tout le danger d’une déshumanisation de leur fonction par une trop grande technicisation ou formalisation de leur travail au détriment de ce qui fait sa richesse et sa raison d’être, celui-ci vivant sur le principe de la reconnaissance et de la réciprocité (Honneth, 2010 ; Guérin, Le Goff, 2012 ; Perino, 2012). « Accompagner nécessite que l’on accepte de se laisser guider par l’autre qui va nous apprendre qui il est et comment faire avec lui, ceci par une écoute attentive de ses préoccupations pour qu’il trouve lui-même réponse à ses questions, en tant que sujet responsable » (Abels, 2003, p. 2).  L’efficacité de l’accompagnement suppose une certaine prudence dans la mise en œuvre d’une théorie de l’action (praxéologie)  qui optimiserait la relation à l’autre. C’est une forme d’engagement à ne pas s’engager dans des schémas explicatifs trop simplistes.

Concernant plus spécifiquement le dispositif « appui renforcé », l’accompagnement envisagé vient en renfort par rapport au travail d’information et de conseil des conseillers Point relais conseil. Il est envisagé comme un soutien supplémentaire pour les candidats VAE qui auraient soit des difficultés pour s’insérer dans le dispositif VAE (nécessité d’être rassuré), soit le désir d’affiner des recherches d’information relatives à des diplômes plus en adéquation avec leurs expériences (besoin de reconnaissance), soit le besoin de consulter quelqu’un eu égard à leur accompagnement (rédaction du livret 2) pouvant être problématique ou conflictuel… Les conseillers lors du premier rendez-vous peuvent être amenés à gérer des situations personnelles délicates voire dramatiques (personnes déprimées, au bout du rouleau). Dans tous les cas, les conseillers restent ouverts par la suite à toute demande, même s’ils considèrent qu’ils ne font pas d’accompagnement au sens strict (prévu par le dispositif VAE), dans la mesure où ce terme est réservé aux accompagnateurs du livret 2. Toutefois, l’appui renforcé mis en place ces dernières années a montré que les frontières établies institutionnellement entre conseil et accompagnement étaient déjà brouillées avant qu’il y ait officialisation de certaines pratiques (Guérin, Le Goff, 2011b, 2012). Ambivalences qui sont présentes dans l’extrait d’entretien suivant :

« Les outils on sait ce que c’est, c’est un contrat moi je suis très clair avec les personnes qui entrent en validation des acquis, à partir du moment où nous travaillons ensemble jusqu’à la fin s’il y a quoique ce soit je suis là, c’est clair notre histoire commence mais elle s’arrête en validant c’est eux qui sont libres de dire oui ou pas, s’ils ont un souci ils doivent m’appeler, prendre rendez-vous il n’y a aucun problème mais je ne les accompagne pas, ils savent qu’ils peuvent me téléphoner et je suis présent, je n’ai pas toujours des retours mais souvent si je n’ai pas les retours je vais prendre le cas de l’AFPA, les gens que je leur envoie, si ce n’est pas la personne c’est l’APFA qui m’appelle en disant telle personne a validé » (conseiller PRC).

 

1.2 Une pratique contradictoire: l’apprentissage sous condition d’une « liberté »  d’engagement

 

L’accompagnement dans le dispositif CDS est prévu pour permettre la réduction des tentatives de suicide par l’évaluation des crises suicidaires par des codétenus formés pendant trois jours – par un spécialiste (professeur Terra) – à l’analyse des premiers signes cliniques  d’une crise suicidaire[9]. Par établissement, on compte en moyenne sept à huit CDS formés. Cette formation donne lieu à la délivrance d’un diplôme et à une cérémonie officielle (tout au moins dans sa phase expérimentale) réunissant les différents responsables locaux et régionaux de la pénitentiaire.

Le dispositif en tant qu’innovation socio-organisationnelle (formalisation, officialisation de pratiques anciennes et courantes) permet de réunir les différentes composantes du monde carcéral[10]  autour d’un objet incontournable et qui porte des valeurs humanistes fortes. Pour la première fois, un regard bienveillant et une tentative d’action collective intégrant des détenus, des bénévoles associatifs (Croix Rouge), des professionnels débouchent sur un compromis qui reste à définir (s’agit-il en effet d’un accord volontaire ou par défaut ?)

On peut comprendre le sens de leur engagement, à travers au moins deux possibilités. Soit ils ont un sentiment de gratitude vis-à-vis des amis qui les ont aidés à remonter la pente et le transforment au niveau de leur implication en qualité de CDS, soit ils culpabilisent de n’avoir pas pu intervenir à temps et transcendent leur culpabilité en étant CDS. Ainsi, participer au dispositif CDS peut être considéré comme une manière de rendre ce qu’ils ont reçu ou de compenser une injustice de la vie dont ils se sentent en partie responsable.

 

« Déjà, par rapport à mon vécu personnel, avant d’être en détention, enfin, j’ai connu la détention assez tard. Avant ça j’ai eu une période plus que noire où j’ai pensé à ces choses-là [suicide] et j’ai remonté la pente grâce à des amis. Je les remercie beaucoup et puis ça me valorise aussi d’aider quelqu’un, leur dire que moi je suis passé par là et qu’on peut remonter. Je fais partie de ceux qui doivent toucher le fond pour s’apercevoir qu’il faut remonter vite » (CDS).

 

S’ils sont conscients de leur rôle, certains estiment que ceux qui veulent vraiment se suicider y arriveront (sentiments également partagés par beaucoup de professionnels pénitentiaires et de santé). D’ailleurs, les derniers cas de suicides qui ont eu lieu ces derniers mois dans certains établissements pilotes, révèlent certaines limites et montrent bien le caractère difficilement prévisible voire indétectable du suicide réfléchi et mené avec détermination. Si, comme le souligne un médecin-chef d’un SMPR d’un établissement non concerné par le dispositif CDS, ce type de situation d’impuissance interroge l’utilité du dispositif dans son ensemble, rien ne s’oppose pour autant à ce que l’on puisse envisager assez sérieusement que les enjeux du dispositif CDS soient à placer ailleurs que dans une certaine « performance préventive ». Comme le préconise l’adage : à l’impossible nul n’est tenu, surtout en cette matière si délicate.

On observe à ce propos, pour les CDS à travers leurs échanges avec les détenus dont ils s’occupent, un effet miroir qui les interroge sur la compréhension de leur propre parcours. Certains estiment finalement n’avoir pas trop à se plaindre face à la misère psychologique de certains détenus. Celle-ci est fort probablement due à leur vie précédant l’incarcération (enfance, adolescence traumatisantes) ou durant celle-ci (par exemple, annonces successives de décès multiples de personnes proches sans possibilité de communiquer avec la famille) :

« – R : j’ai toujours su pourquoi j’étais en prison, mais ça [CDS] m’a permis d’ouvrir les yeux sur pas mal de choses, sur les vrais problèmes de la vie

– Q : Parce que finalement vous avez accédé à d’autres choses…

– R : A d’autres situations on va dire, quand je regarde la mienne parfois il y a un grand fossé.

– Q : Et vous pouvez comprendre parfois, certains qui sont prêts à se suicider ou…

– R : Selon moi, dans ma mentalité, ce n’est vraiment pas un truc à faire. Après il y a des gens faibles et des gens moins faibles, c’est comme ça » (CDS).

 

Les CDS, par les différentes missions qu’ils remplissent, participent d’une régulation autonome (Reynaud, 1993) du groupe des détenus au sein de la détention. In fine, ils participent à produire l’ordre dans la détention. Mais, qui peut produire l’ordre peut, indissociablement, produire le désordre (Chantraine, 2004). Cette idée est présente dans l’esprit de certains acteurs, notamment les conseillers d’insertion et de probation (CIP). La crainte est ainsi souvent exprimée par les membres des SPIP que les détenus occupant la fonction de CDS se retrouvent dans une position intermédiaire, entre personnel de surveillance et groupe des détenus, qui pourrait, si des conflits éclatent, leur être particulièrement préjudiciable. Il pourrait en effet leur être reproché par l’AP de ne pas avoir su ou pu, dans certaines situations conflictuelles, jouer le rôle d’intermédiaire qu’ils occupent de fait en remplissant cette fonction, voire signaler aux autorités l’émergence de situations dangereuses (émeute). De même, on pourrait également projeter sur eux des intentions malveillantes ou manipulatrices lors de tensions entre détenus aidés par des CDS et surveillants. Ce positionnement intermédiaire, qui ne prend pas appui sur une reconnaissance institutionnelle d’un statut particulier, est source d’interrogations pour nombre d’acteurs. Ainsi, un CIP évoque la possibilité que :

 

«  […] ces détenus deviennent des aides de camp de la pénitentiaire, avec tout ce que cela suppose… Je suis désolé mais ce n’est pas leur rôle, ils ne sont pas en prison pour cela, ils doivent déjà penser à eux-mêmes, à se reconstruire, à leur projet de sortie, plutôt que de se trouver pris dans ce type de situations et d’entre-deux… » (Membre du SPIP)

 

Dans le même sens, on peut défendre l’idée selon laquelle, les CDS, ont par ailleurs intégré une logique qui n’était pas a priori la leur au début de leur incarcération. Ils deviennent des agents de régulation d’une nouvelle forme d’ordre carcéral en reconnaissant à l’institution la légitimité de gérer les risques de suicide en prison. Certains professionnels (surveillants) soulignent également que les CDS ont acquis une autre compréhension des contraintes institutionnelles : « ils se mettent à notre place » ou « ils sont maintenant de l’autre côté du système », amenant à parler de révolution carcérale. Cependant, cette prise en compte des contraintes institutionnelles par les CDS suppose comme préalable le respect infrangible de la confidentialité dont ils sont porteurs et garants dans un univers où le respect de l’intimité psychologique est essentiel mais malmené. S’installe alors un rapport dialogique détenus-codétenus-surveillants où sont conciliés des niveaux de tolérances inédits de part et d’autre (personnels pénitentiaires, détenus) au nom de l’intérêt commun. Rendre compte qui est une posture habituellement professionnelle devient alors pour certains CDS (pas tous) une évidence partagée :

 

«  Il faut rendre compte. Moi je suis pour rendre compte. Il faut dire au détenu surtout, parce que j’ai un petit bordereau ou je relève des trucs. Donc je lui dis : « je dois rendre compte après dans mon groupe [de travail, une fois par semaine], est-ce que je peux mettre ton nom ?” Si le gars me dit oui, je mets mon nom, je mets son nom, si le gars me dit non, je ne mets pas son nom, c’est simple. S’il veut tu mets son nom, sinon tu écris :  » un détenu, à qui j’ai rendu visite, m’a parlé pour telle cause…” et voilà. Même pas obligé de mettre son nom. Je peux mettre le numéro d’écrou, comme ça l’administration regarde sur l’ordinateur par exemple 9250, elle voit qui c’est. Les autres [détenus], ils ne peuvent pas aller voir sur l’ordinateur de qui il s’agit. Il y a des trucs simples, je ne vois pas pourquoi il faudrait se compliquer la vie… » (CDS).

 

Rendre compte, c’est également mettre des garde-fous même si les CDS sont théoriquement formés pour identifier leurs propres limites :

 

« Ils peuvent rendre compte lorsqu’ils sont formés normalement à ça, à la détection de l’appel d’urgence suicidaire c’est leur cœur de métier quasiment parce qu’ils se rendent compte de ça et il faut qu’ils passent la main[aux professionnels] sinon là ils sont dans le dysfonctionnement total, ils sont dans la toute-puissance.» (Direction d’établissement)

 

Dans les échanges avec les CDS ou lors de réunions de travail, apparaît régulièrement la problématique des détenus indigents plus fragilisés que les autres dont la situation les révolte souvent. On perçoit clairement que le dispositif de prévention du suicide soulève d’autres questionnements dont la portée politique (au sens large) n’échappe pas aux CDS. C’est la dimension citoyenne du dispositif de prévention du suicide que l’institution a d’ailleurs tendance à valoriser : l’aspect dévouement et responsabilité, mais tout en bridant en même temps sa signification politique ou symbolique en rapport avec la notion de justice sociale. Quiconque n’est pas égal (psychologiquement, socialement, etc.) face à la souffrance et à la manière de la résorber, surtout dans un environnement hostile comme la prison, auquel  on accède par « malchance », devrait bénéficier financier et moral (psychologique). Les CDS, du fait de leur expérience de l’incarcération (intercompréhension) sont un premier niveau d’intervention qui permet de désamorcer parfois un désespoir profond que les professionnels ne sont pas toujours en mesure d’endiguer.

 

Les dispositifs d’accompagnement visant un certain bien-être individuel et collectif possèdent donc une ambivalence. Ils peuvent en effet transformer les rapports de pouvoir et de domination structurant les réalités sociales – dont celles abordées dans nos deux cas (système de formation, système carcéral) – par de nouvelles capacités réflexives et critiques. Ils peuvent également laisser croire que ces nouvelles possibilités seraient source d’émancipation alors qu’elles ne feraient que renforcer le système de domination en place (Martuccelli, 2001). Nous devons ainsi examiner les réelles possibilités émancipatoires de la réflexivité dans l’accompagnement et établir ce qui les fonderait.

 

 2.     L’accompagnement et le sociologue : une lutte d’influence

 

Réflexivité et critique serait deux moments (dialectiques) différents mais indissociables d’une même capacité de jugement : la première serait systématiquement interrogative et dialogique, la seconde essentiellement affirmative et performative (critiquer forme jugement, comme juger fait justice). Le travail du sociologue, hypothèse de travail,  consisterait à saisir le moment de leur articulation dans les discours des acteurs pour en restituer les enjeux, sachant que l’accompagnement est le lieu et le temps privilégié de cette rencontre. La posture du sociologue qui en résulte demande à repenser en retour les rapports existant entre lui et son objet (l’accompagnement) dans la mesure où il peut participer à l’élaboration ou au perfectionnement des dispositifs qui l’intègre en servant d’intercesseur, d’intermédiaire ou même de régulateur. En qualité de chercher-sujet, doit-il réfléchir alors ses liens théoriques et pratiques aux sujets-acteurs de ces dispositifs (Boutinet, 2004) comme une condition préalable à son analyse de l’accompagnement comme projet (de société) ? Le sociologue doit-il faire œuvre d’accompagnement pour donner sens à son action et à celle de ceux qu’il interroge (Singly de, 2004) ?

 

2.1  Une expertise critique au service d’un contrepouvoir ?

 

Il nous faut revenir un instant sur les conditions d’enquête qui ont donné lieu aux résultats décrits précédemment. Sans reprendre entièrement certains arguments avancés dans plusieurs communications précédentes (Jamet, Le Goff, 2012b ; Guérin, Le Goff, 2012), nous approfondirons certaines spécificités du travail effectué, notamment en lien avec la posture nécessairement ( ?) ambivalente du sociologue accompagnateur du changement.

 

Le sociologue-évaluateur comme intercesseur de la multiplicité et de la singularité  des opinions ?

 

Dans le cas du dispositif CDS, l’objectif de la recherche visait à appréhender comment s’était effectué le passage du projet à sa réalisation dans les différents établissements choisis pour l’expérimentation compte tenu des types d’établissement concernés  (maison d’arrêt, centre de détention), et comment les acteurs s’étaient appropriés celui-ci au niveau de leurs pratiques respectives. Il s’agissait en quelque sorte d’interroger la validité d’un dispositif dont les fondements théoriques s’inspiraient des analyses et de l’expertise du professeur Terra (psychiatre reconnu ayant réalisé un rapport pour le ministère de la justice en 2003) et dont la mise en œuvre était empiriquement inédite en France (quelques repères en la matière venaient de l’Espagne et de Grande Bretagne où de tels dispositifs existent depuis un certain nombre d’années). En outre, la recherche avait pour objectif d’évaluer la pérennité d’un tel dispositif d’un point de vue « technique » au regard de ses effets sur les détenus de soutien (pathologies diverses induites), sur les personnels (engagement, intérêt) et sur l’organisation (dysfonctionnements).

Il nous a fallu ainsi désamorcer des situations potentiellement conflictuelles du fait d’une mauvaise interprétation de notre rôle dans l’évaluation du dispositif et donc du sens que l’on donnerait aux critiques émises par les uns (sur) et les autres. Une tension était palpable dans l’ensemble des établissements visités entre direction, service de santé et personnel de surveillance. Le dispositif obligeait en effet à une redéfinition des fonctions de chacun alors que les routines (contraintes) continuaient d’être les mêmes (Jamet, Le Goff, 2012c). De notre côté, nous avons appréhendé notre rôle en sachant que nous aurions à rendre visibles pour chaque catégorie d’acteurs des intérêts divergents, des enjeux différents. Nous avons adopté par conséquent un rôle interstitiel entre une posture  de chercheur (indépendant) et celle d’expert (répondant à une commande) que nous avons maintenues volontairement dans un dialogue permanent ; d’où le vocable adopté de « chercheur-expert » (Jamet, Le Goff, 2012b). Nous avons évité de nous inscrire dans une démarche où nous prendrions parti pour un type d’acteur ou une perspective partisane (défense ou critique systématique du dispositif) en cherchant à comprendre tous les points de vue répondant à une « éthique de l’objectivation » (Granjou, 2003). Nous avons plutôt essayé de favoriser l’expression critique latente (mais aussi manifeste) chez un certain nombre de personnes afin de comprendre les lignes de tension délimitant institutionnellement les champs d’action de chacun – et au-delà d’une opposition structurelle propre au monde carcéral (Chauvenet, 1994).

Des territoires (de compétences, d’intervention, de vie) sont en effet délimités entre les détenus (qui considèrent qu’ils sont chez eux en prison et que les professionnels sont des intrus), les personnels de surveillance (direction incluse) qui se voient comme les garants d’un ordre (sécurité) à respecter absolument par les autres acteurs (professionnels ou non), et les personnels de santé qui ne dépendent pas directement de la direction mais du ministère de la santé, et qui respectent avant toute chose les prérogatives  propres à la logique de soin. Par des entretiens individuels ou collectifs nous avons essayé de problématiser avec les acteurs les raisons de leur positionnement (d’opposition, de résistance, d’indifférence) au vu de leurs pratiques quotidiennes qui supposent pour leur réalisation d’engager en permanence des rapports de force où les questions de domination sont omniprésentes (les détenus étant a priori en bas de la hiérarchie, bien que celle-ci peut s’inverser en cas d’émeute[11]). Au final, nous avons systématiser les critiques des acteurs pour remonter une proposition qui permettait de considérer que si le dispositif ne contenait pas en soi une efficacité pour la prévention des suicides en prison (sauf pour des tentatives non vraiment prémédités), il avait au moins l’avantage de changer la culture carcérale (logique de care).

 

Le sociologue-accompagnateur comme agent de régulation ?

 

Concernant notre rôle dans le dispositif de professionnalisation des conseillers des points relais conseil, nous sommes dans un tout autre contexte. Nous avons proposé de notre propre initiative en accord et en collaboration avec la responsable en charge de la VAE au conseil régional d’enquêter sur un dispositif d’accompagnement (« appui renforcé » visant à suivre en aval les candidats VAE) s’ajoutant au conseil habituellement donné en amont du dispositif, dans le cadre de leur fonction d’ « orientation » professionnelle. Nous avons constaté, à l’issue de notre enquête, que le dispositif n’ajoutait pas grand-chose à ce que réalisaient déjà habituellement les conseillers, à part le fait qu’il rendait visible (statistiques sur les rencontres et le suivi) leur activité aux yeux de leurs institutions de rattachement (missions locales, FONGECIF et Région Haute Normandie). Cependant, cette visibilité était également contrôlée par ces professionnels (régulation autonome) afin de ne pas alimenter des pratiques de contrôle observables ailleurs au plan institutionnel (par exemple, en vigueur au niveau de l’insertion professionnelle dans les missions locales, secteur d’où ils proviennent pour une part). Ces stratégies de coopération-résistance à l’évaluation d’un travail idéel[12] (répondant à des critères de quantification sans lien direct avec sa réalité) contribuent à brouiller les pistes afin d’exécuter correctement et réellement son travail (Dujarier, 2010). Notre bilan concernant le dispositif d’ « appui renforcé » – et en parallèle l’action de professionnalisation (une journée par mois) – a débouché ainsi sur des constats mitigés : notamment une remise en cause du fonctionnement de celle-ci, les uns et les autres attribuant à ces journées un rôle différent, ne permettant pas ou plus de mettre à plat les doutes et incertitudes liées au travail de ces conseillers (Guérin, Le Goff, 2011b, 2012).

Il est apparu ainsi de façon inattendue que notre analyse remettait en cause le travail de la responsable dont les attentes personnelles semblaient s’éloigner, pour une part  de celles des conseillers PRC qu’elle accompagne ou encadre[13] ; que nous devenions un peu malgré nous des accompagnateurs du dispositif, dans la mesure où par nos analyses nous induisions des prises de conscience concernant certaines incohérences au niveau de l’organisation des journées de formation ; mais aussi que nos interprétations, en mettant des mots sur des intuitions, permettaient de relancer des projets mis de côté : par exemple, le fait d’alterner les journées de professionnalisation avec des visites sur sites (bureaux d’accueil du public éparpillés sur tout le territoire) pour réaliser des entretiens personnalisés avec les conseillers s’est avéré une solution pour redonner l’envie aux conseillers de reparler de leur travail (analyse de pratiques). Ce qui n’était plus le cas depuis plusieurs années. L’analyse de l’ « appui renforcé » a, à cet égard, montré l’ambivalence des conseillers PRC, vis-à-vis d’un travail passionnant et autonome mais à la définition assez floue et non réellement reconnu – car à inventer au quotidien -, et vis-à-vis de leurs instances de contrôle qu’ils considèrent parfois comme trop tatillonnes (contrôle formel) mais pas assez curieuses à l’égard de leur travail, qui demeure par ailleurs précaire statutairement (CDD).  Aussi, récemment (juin 2013) dans le cadre des journées de professionnalisation,  avons-nous animé une demi-journée de séminaire en présentant à l’ensemble des conseillers PRC certains résultats de nos recherches les concernant. Il s’agissait de rendre compte synthétiquement (de façon la plus didactique et sereine possible) des analyses que nous faisions sur les  dysfonctionnements (tensions, clivages, insatisfactions) perçus par les conseillers PRC concernant le dispositif «  appui renforcé » et les journées de professionnalisation, les deux aspects étant fortement liés. Cette présentation plutôt critique a donné lieu à des échanges qui ont montré un regain d’intérêt pour échanger (entre eux et avec nous) sur les difficultés qu’ils rencontraient au quotidien, notre message visant à leur dire qu’il faisait un métier « impossible » (autonomie importante dans une activité sans définition claire et sans réelle reconnaissance).

En qualité de chercheur et d’accompagnateur, notre rôle dans les deux cas de figure bien que distinct (voire en opposition) a consisté à faire du doute un des principes éthiques de notre action (Beauvais, 2007). Ce doute œuvrant dans la mise en place d’un  dispositif de prévention (CDS) ou dans le perfectionnement d’un dispositif de professionnalisation (PRC), suppose pour conserver sa valeur heuristique qu’il soit entendu au travers de  la diversité des positions d’acteur. Le sociologue est amené alors à traiter les contradictions[14]  et paradoxes[15] engendrés par ces doutes et incertitudes comme des éléments d’objectivation. Il devient facilitateur d’une auto-réflexivité des acteurs considérés comme des experts de leur expérience du travail, voire des homo sociologicus, accédant au sens de leur action pour peu qu’il y ait quelqu’un disposé à leur faire admettre la pertinence théorique  de leur critique (Callon, 1999 ; Martucelli, 2002). Pour cette raison, le choix des sujets (interlocuteurs) peut être considéré à cet égard comme crucial et supérieur  au choix de l’objet d’étude. De cette critique réflexive partagée peut émerger en effet une possibilité d’émancipation (Boltanski, 2009) qui donne sens aux analyses du sociologue, à condition que ce dernier adopte lui-même par ailleurs une attitude critique dans sa relation de pouvoir-autorité  vis-à-vis des enquêtés (Leclerc, 2001).

Dans ce  contexte, l’« interpolation[16] socio-subjective » produite par le chercheur, c’est-à-dire l’effet d’intermédiation qui résulte d’une telle analyse de l’accompagnement (Jamet, Le Goff, 2012b ; Guérin Le Goff, 2012), permettrait de construire pragmatiquement une critique socialement située d’un tel processus et de contribuer à une forme de résistance face aux dérives idéologiques et pratiques de l’accompagnement (Bachelart, 2002). Le chercheur-sujet laisserait aux sujets-acteurs (Boutinet, 2004) la possibilité d’exister dans et par la critique des dispositifs alors même qu’ils peuvent admettre par ailleurs et contradictoirement leur nécessité et leur utilité. Ce serait opérer la congruence opératoire entre  deux approches : une sociologie critique et une sociologie compréhensive (Singly de, 2004).

 

2.2  Problématiser les paradoxes de l’accompagnement comme engagement théorique et « dégagement » éthique

 

La critique comme notion de sens commun  renvoie à celles de  capacité de jugement, de décision mais aussi de crise, de subversion. La critique contiendrait ainsi un caractère potentiellement destructeur et dangereux renvoyant à l’œuvre d’une subjectivité non contrôlée ou compulsive. La  réflexivité, elle, représenterait davantage un travail conscient mettant en œuvre un système d’analyse en boucle dont l’objet et l’activité serait la réflexion elle-même. En fait, les vertus de l’accompagnement comme source d’intelligibilité au regard de situations difficiles (pour ne pas dire inextricables), engageant des  acteurs plus ou moins volontaires, mettraient en lien dynamique critique et réflexivité. Une forme de régulation cognitive semble associer les deux notions dans une relation dialectique complexe (Boltanski, 2009). En effet, au vu de certains entretiens  réalisés nous avons constaté certains effets  paradoxaux notamment au niveau des conséquences sociocognitives induites par les dispositifs VAE et CDS, alors même qu’ils semblent permettre de dépasser des contradictions ou des incohérences pour les individus et les organisations (Jamet, Le Goff,  2012a ; Guérin Le Goff, 2011a). Comment le sociologue peut-il alors s’approprier ces paradoxes pour en faire une méthode d’analyse ?

La procéduralisation progressive des activités intellectuelles, en vue d’une certaine efficacité dans la neutralisation des effets pervers propres à la relation interpersonnelle au cœur du travail d’accompagnement, questionne les potentialités mêmes de la réflexivité pour le développement de celui-ci. Si l’on obtient une clarification du contrat implicite existant entre l’accompagnant (professionnel ou bénévole) et l’usager (volontaire ou obligé), une ombre est toutefois projetée sur le fondement de la relation entre ceux-ci (Boutinet, 2002). Que devient en effet la question du don et du contre-don dans ce contexte ? On retrouve cette dimension d’un échange réciproque asymétrique dans la notion de « compétence relationnelle » développée par P. Milburn (2002) pour les métiers de médiateur et d’avocat. Concernant les conseillers et accompagnateurs en tous genres et notamment les éducateurs, cette dimension de l’interaction avec l’usager est essentielle à l’exécution du travail, même si les conditions de son expression deviennent difficiles du fait de son instrumentalisation (Jamet, Le Goff, 2011).Celle-ci repose sur la capacité du professionnel à construire éthiquement une relation de confiance assimilable à un contrat de bienveillance (Foucart, 2009) mutuellement négocié en vue de l’efficacité de l’action (résoudre un conflit, défendre au mieux les intérêts des intéressés).

En fait, l’accompagnement au travers de son activité réflexive suggère l’existence d’une dimension technicopolitique censée justifier et valider son usage aujourd’hui immodéré notamment dans le travail (du) social (Le Goff, 2013a). D’une volonté d’objectivation résulterait une capacité de subjectiver le monde social par la prise  de distance critique qu’elle permet (développer un « quant-à-soi », (Dubet, 1994)), tout en augmentant en même temps l’emprise idéologique d’un système libéral qui réifierait l’individu par la reconnaissance de son autonomie (Renault, 2007). La désinstitutionnalisation progressive de l’action sociale renverrait chacun à ses responsabilités, à sa liberté de choix dans un monde se révélant foncièrement inégalitaire (Boutinet, 2002 ; Astier, 2007 ; Vrancken, Macquet, 2006). La soi-disant neutralisation des rapports de pouvoir en jeu entre professionnels et usagers dans l’action sociale au moyen de l’accompagnement ne serait alors  qu’un leurre. On assisterait en fait à un transfert global de responsabilités (gestion de son capital personnel de compétences en lien, par exemple, avec son employabilité dans le cas de l’insertion) faisant des sujets non pas les victimes mais les vrais responsables des échecs du système sociopolitique et économique propre à notre modernité (Bachelart, 2002 ; Barbant 2012).

Les capacités de jugement et de distanciation que suppose la critique incluse dans l’accompagnement pose en fait la question de son contrôle et donc de sa formalisation procédurale répondant à des exigences minimales de scientificité (Bourdieu, 2001) ; c’est celle également de son possible apprentissage au regard des réalités subjectives  engagées par les acteurs (singularité des parcours, pluralité des regards, relativité des jugements). Le premier aspect permet de garantir une certaine rigueur de la démarche et le second une prise en compte de l’expérience singulière des personnes. C’est la question de la formation à la critique et par la critique qui s’impose comme une tension permanente dont l’issue reste incertaine mais indispensable : « Finalement, s’interroger sur la composante critique de la formation constitue une ouverture pertinente pour envisager le  paradoxe selon lequel en même temps qu’une démarche d’accompagnement autorise le développement de certaines formes d’émancipation, reposant sur une capacité de remise en question parfois radicale, elle implique nécessairement une dimension prescriptive et normée qui, en fondant sa propre légitimité, en limite également la portée » (Alhadeff, 2003, p.3).

Comme système institutionnel de proposition, de décision et de mise en œuvre  de moyens réglementaires – en vue de réaliser des objectifs de normalisation de l’action individuelle et collective sur la base d’une liberté et d’une justice sociale revendiquées par certains (politiques, professionnels) pour d’autres (usagers) –, les dispositifs d’accompagnement sont bien souvent un outil de contrôle et de domination qui ne dit pas son nom et auquel participe malgré eux l’ensemble des acteurs qui ressentent alors le besoin d’être eux-mêmes… accompagnés. Est-il possible d’échapper alors à cette « spirale infernale » ? Dans quelle mesure le sociologue servirait-il alors d’agent de problématisation des contradictions et des paradoxes dus à la complexité croissante des réalités appréhendées (Corcuff, 2006). Cela supposerait que le sociologue en question ait la capacité d’intégrer dans les contradictions observées celles de ses propres réflexions par une réflexivité autocritique et clinique (une mise en doute systématique et continue de ses postures l’amenant à défendre malgré lui des réalités de domination qu’il validerait et légitimerait par sa participation – même critique – à des dispositifs d’accompagnement). A son engagement réflexif dans l’analyse et la prise en compte de la parole d’autrui, devrait correspondre en contrepoint une capacité de dégagement critique (et affectif) contribuant à aider les acteurs à se  détacher de leur attachement pour envisager d’autres attachements. « S’attacher puis se détacher, telle me semble la seule définition possible du travail sociologique. Ce chassé-croisé définit les positions et les rôles respectifs tout en montrant les complémentarités et les solidarités entre action et analyse de l’action » (Callon, 1999, pp. 76-77). Il s’agit ainsi de faire une socio-analyse des liens affectifs qu’entretient le sociologue avec ses interlocuteurs : une forme de désenchantement (subjectif, intersubjectif) assumé par  le sociologue comme nécessité méthodologique (Grignon, 2004).

 

 

Conclusion : la réflexivité critique ou critique de la réflexivité comme condition d’émancipation ?

 

Outil de normalisation cognitive dans un monde moderne où la complexité grandissante des procédures brouille les repères habituels, la réflexivité mise en œuvre dans l’accompagnement représenterait la possibilité d’une gestion raisonnée des risques collectifs à l’échelle individuelle (Giddens, 1987). Se pose ainsi la question de savoir si le contrôle social classique (une soumission involontaire ou contrainte à l’autorité) ne deviendrait pas, par le biais de l’accompagnement, une nouvelle forme certifiée d’autocontrôle qui ne dit pas son nom dans le cadre d’une politique de l’ « assumance » impliquant la responsabilité de chacun (Le Goff, 2012a) ou d’une Nouvelle Gestion Publique (NGP) (Perino, 2012 ; Bureau, 2010). Quels sont alors les effets de la réflexivité sur les pratiques quotidiennes pour aider les professionnels du secteur social à dépasser les obstacles de leur activité, du fait des injonctions paradoxales qui leur sont imposées au quotidien[17] ?

Faut-il imaginer, pour que cette situation délicate (absence de formation spécifique permettant de valider la pertinence pratique de l’accompagnement) évolue positivement, qu’il faille ajouter un niveau d’analyse supplémentaire qui problématiserait les conditions de mobilisation de cette réflexivité ? Confronté à la compréhension des contradictions (enjeux pratiques), produites à de multiples niveaux par la réflexivité comme modalité moderne d’implication subjective –  dont l’accompagnement représente une version actualisée – ,  le chercheur est-il capable de développer une stratégie cognitive originale (une sorte de réflexivité « négative », à la fois objectivante et critique) lui permettant de  dépasser celles-ci tout en en assumant  les conséquences en connaissance de cause (en sachant au bénéfice de qui) ? Doit-il s’inscrire dans le projet d’une sociologie préventive (Grignon, 2004), où à la fois expert, au service d’une logique de domination, il participerait à desserrer l’étau idéologique qui étreint la plupart des acteurs en situation d’accompagnement (une sorte d’agent double) ?

La plupart des mesures sociopolitiques d’aide, qui sont par exemple mises en œuvre sous forme de dispositifs  d’accompagnement parfois dans l’urgence du moment, produisent des ordres sociaux souvent vécus comme paradoxaux par les acteurs. L’autonomie contrainte de ces derniers, que suppose le bon fonctionnement de ces dispositifs, s’intègre en effet dans une logique gestionnaire de mesure et de contrôle de l’efficacité des actions menées. L’effet principal d’une telle disposition reviendra à leur donner une autonomie factice débouchant inévitablement sur des comportements déviants pour répondre correctement à la rationalité des systèmes de décision (Jamet, Le Goff, 2012). Il deviendrait alors impérieux d’appréhender les dispositifs d’accompagnement comme des systèmes qui créent de la complexité pour gérer plus simplement de la complexité ; ce qui supposerait d’utiliser au minimum une approche systémique pour débrouiller la signification des dilemmes rencontrés par les acteurs (Beauvais, 2006 ; Le Goff, 2009) en fonction de logiques d’action collective plus ou moins contradictoires (Alhadeff, 2003 ; P. Paul, 2003)  et en interdépendance, tout en développant une perspective critique sur les relations de domination en jeu  (les incohérences institutionnelles étant devenues systémiques). En effet, la question du pouvoir est d’autant plus  central dans l’accompagnement que ce dernier semble l’évacuer (rapports dialogiques neutralisant la dissymétrie relationnelle, remédiations et effets résilients validant son rôle émancipateur). On assisterait alors à une dépolitisation des sujets-acteurs réconciliés avec eux-mêmes (canalisation et neutralisation d’un sentiment d’injustice pourtant moteur pour l’action) : la « cautérisation psychologique » résultant d’une réparation personnelle (réconciliation avec soi) leur ferait oublier finalement leur ancienne souffrance d’origine sociale (Le Goff, 2012a). Intégrant les catégories de pensée censées leur permettre de s’émanciper, il finirait par adhérer aux valeurs dominantes (Martuccelli, 2001).

Le sociologue alors ne serait pas, dans ce cadre, le révélateur d’une réalité complexe porté par l’accompagnement mais plutôt  de la complexité dont rend compte celui-ci de par son existence. L’accompagnement comme solution pratique deviendrait pour le sociologue un problème théorique au regard du rôle qu’il joue au niveau des logiques de domination. Elle supposerait ainsi d’envisager une sociologie critique de la réflexivité qui, participant au développement de l’idée de l’accompagnement comme possibilité d’émancipation (Singly de, 2004), fonderait son hégémonie. Cette posture pour être heuristique demanderait toutefois à théoriser plus amplement et rigoureusement la critique et la réflexivité comme travail créatif (destruction/reconstruction de sens) et émancipatoire (libération/appropriation du sens), mais également comme outils de domination par le moyen de leur instrumentalisation pratique (Martucelli, 2002). Par conséquent, il s’agirait de repenser leurs rapports à la complexité elle-même, comme production sociale, pour une meilleure intelligibilité du réel (Le Moigne, 2007 ; Morin, 2007)  et notamment des « nouvelles » réalités sociales (Tardieu, 2007 ; Miermont, 2007).

 

Bibliographie générale

 

Aballéa F., Gravé P., Guérin F., Le Goff J.-L. Zannad H., « VAE, traduction ou conversion de l’expérience »  Carriérologie, n°3 et 4 vol.12, Québec, 2012,  pp. 463-476

Abels, C., (2003), « L’accompagnement en formation  d’éducateurs spécialisés : Maïeutique et historicité » in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 4 p.

Agamben G. (2007), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages.

Alhadeff, M. (2003), « L’accompagnement et sa masse critique : du trou noir au Big Bang », in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 3 p.

Alquié F., (1979) La conscience affective, Vrin, Paris.

Astier I. (2007),  Les nouvelles règles du Social, Collection le Lien Social, PUF, Paris.

Bachelart, D., (2002), « Approche critique de la “transitologie” socioprofessionnelle et dérives des logiques d’accompagnement  », Education permanente, n°153, 4, pp. 109-119.

Barbant J.-C., (2012), Expertises de l’intervention sociale : vers une nouvelle praxis sociale ?, in F. Aballéa (dir.) Institutionnalisation, Désinstitutionnalisation de l’intervention sociale, Octarès, p. 283-294.

Beauvais M. (2006), Des postures de l’accompagnateur à la posture de l’accompagnant : Projet, autonomie et responsabilité, 7e colloque européen sur l’auto-formation « Faciliter les apprentissages autonomes » ENFA, Auzeville -18-19-20 mai 2006.

Beauvais M. (2007), « Chercheur-accompagnateur : une posture plurielle et singulière », Recherches qualitatives, hors série, n°3.

Boltanski, L., (2009),  De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre, (2001), Science de la science et réflexivité, Cours du Collège de France 2000-2001, Raisons d’agir, Coll. « Cours et Travaux », Paris.

Boutinet J.-P., (2002), Questionnement anthropologique autour de l’accompagnement, Éducation permanente, n°153,4.

Boutinet J.-P., (2004), « Science du sujet, science de la singularité », Recherches & éducations, n°8, [en ligne], mis en ligne, le 15 octobre 2008. URL : http://rechercheseducation.revues.org/index350html.   Consulté le 10 octobre 2010.

Bureau M.-C., (2010), « Du travail à l’action publique : quand les dispositifs d’évaluation prennent le pouvoir », Cahiers internationaux de sociologie, n°128-129, pp.161-175.

Callon M., (1999), « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du Travail, 41, pp. 65-78.

Chantraine G., (2004), « Ordre, pouvoir et domination en détention. Les relations surveillants-détenus dans une Maison d’Arrêt en France »,  Criminologie, Vol. 37, 2, 2004, p. 197-223.

Chauvenet A., Orlic F. et Benguigui G., (1994), Le monde des surveillants de prison, PUF, Paris.

Constancias J.-M., (2003), « Formateur d’éducateurs spécialisés : une forme particulière de travail social », in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 3 p.

Corcuff P., 2006, « Individualité et contradictions du néocapitalisme », SociologieS [en ligne] Théories et recherche, mis en ligne 22 octobre.

Danvers F., (2012), Après vingt-cinq ans d’existence : quel bilan conceptuel pour la reconnaissance des acquis ?, Carriérologie, Volume 12, N° 3 et 4, Québec, p. 385-401.

Dubet F. (1994), La sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

Dujarier M.-A. (2010), « L’automatisation du jugement sur le travail. Mesurer n’est pas évaluer », Cahiers internationaux de sociologie, 2010/1, n° 128-129, pp. 135-159.

Erouard, S., (2003), « A propos d’un enjeu de l’accompagnement en groupe d’analyse : de la pratique en formation d’éducateur spécialisé : le lien théorie pratique interrogé », in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 5 p.

Foucart, J., (2009), « L’accompagnement : dispositif de bienveillance et construction transactionnelle » in Y. Papadaniel, I. Rossi, J. Foucart, N° Spécial : « Accompagnement : le lien social sous tension », Pensée Plurielle, N° 22, pp.13-27.

Foucault M. (2001), Dits et Écrits, Paris, Gallimard, 2 vol.

Friedrich J., Mezzena S., Seferdjeli L. & Stroumza K., (2009), Être au plus proche de l’expérience à partir d’une problématisation théorique des difficultés rencontrées dans leurs activités par des professionnels : recherche en cours dans le champ de l’éducation spécialisée, 1er colloque international  Recherches et pratiques en didactique professionnelle, 2, 3 et 4 décembre, Dijon.

Giddens A., (1987), La constitution de la société, PUF, Paris.

Granjou C., (2003), « L’expertise scientifique à destination politique », Cahiers internationaux de sociologie, PUF, n°114, pp.175-183.

Grignon, C. (2004), « Sociologie, expertise, et critique sociale », in B. Lahire (dir.), A quoi sert la sociologie ?, La Découverte, Paris, pp. 119-134.

Guérin F., Le Goff J.-L. (2011a), « Le don, palliatif de l’incomplétude des dispositifs : la VAE », in L. Jacquot (dir.), Travail et dons, Presses universitaires de Nancy, pp. 235-249.

Guérin F., Le Goff J.-L. (2011b), Conseiller et accompagner dans la VAE pour autonomiser les candidats en amont du dispositif (PRC) : innovation sociale ou rationalisation institutionnelle ?  Sociologie des institutions pour le 4ème Congrès de l’AFS « Création et innovation », RT 25, Grenoble, 5-8 juillet 2011 (à paraître, Octarès).

Guérin F., Le Goff J.-L. (2012),  « Se connaître et se reconnaître pour accompagner les usagers : les conseillers PRC », Colloque : Processus d’invisibilisation et de reconnaissance dans le travail, Association Française de Sociologie RT 25 et RT 30, Université d’Évry 5 et 6 décembre 2012 (15 pages) à paraître 2013, aux éditions Octarès.

Habermas J. (1987), « La méthodologie des théories générales relatives à l’activité sociale », in Logiques des sciences sociales et autres essais, PUF, Paris, pp. 60-117.

Honneth A (2007), La réification. Petit traité de Théorie critique, Gallimard, Paris.

Jamet L., Le Goff J.-L., (2011), « Le don à l’épreuve des stratégies professionnelles : éducateurs et surveillants de prison dans le secteur de l’enfance délinquante », in L. Jacquot (dir.), Travail et dons, Presses universitaires de Nancy,  477-494 pp.

Jamet L., Le Goff, J.-L., (2012a), « Accompagnement et dilemmes professionnels en intervention sociale : signes, symptômes ou résidus d’une mutation institutionnelle ? » in F. Aballéa (dir.) Institutionnalisation-Désinstitution-nalisation de l’intervention sociale, aux éditions Octarès, pp. 237-247.

Jamet L., Le  Goff J.-L., (2012b), « Le sociologue en milieu carcéral : expertise contre recherche scientifique ? » Association Française de Sociologie RT 25 et RT 30, Université d’Évry 5 et 6 décembre 2012 (13 pages).

Jamet L., Le  Goff J.-L., (2012c), Les dispositifs d’accompagnement des détenus à risque (suicidaires) par des codétenus de soutien (bénévoles) en milieu carcéral : la remise en cause des expertises professionnelles ? XIIIèmes Journées Internationales de Sociologie du travail, JIST 2012- Bruxelles, du 25 au 27 janvier (à paraître).

Lafont P., Pariat M., (2012), Diversité et standardisation des dispositifs de reconnaissance et de validation des acquis en Europe ?, Carriérologie, Volume 12, N° 3 et 4, Québec, pp. 403-419.

Laing R. D., (1980) [1967], La politique de l’expérience, Stock, Paris.

Leclerc G., (2001), « Histoire de la vérité et généalogie de l’autorité », Cahiers internationaux de sociologie, PUF, n°111, 2001/2, pp.205-231.

Le Goff J.-L. (coord.), Aballéa F., Gravé P. Guérin F., Zannad H., (2008), La validation des Acquis de l’Expérience (VAE) Traduction, justification et évaluation, Université de Rouen, Région Haute Normandie, Rapport de recherche 298 p.

Le Goff J.-L., (2009), « L’accompagnement en VAE : paradoxes et dilemmes », Di Fabio, A., Lemoine, C., Bernaud, J.-L. (éd), Accompagnement professionnel et counseling des adultes, Paris, Editions Qui plus est, pp. 150-161.

Le Goff J.-L. (2012a), « L’accompagnement socio-éducatif au sein des dispositifs institutionnels : assister, responsabiliser ou régir les consciences » ? in  Alain Léger, Sophie Devineau (coord.) Formation, emploi, qualification, Presses Universitaires de Caen, pp. 171-193.

Le Goff J.-L. (2012b),  Travail, expérience et réflexivité dans la VAE : mesurer l’incommensurable ?  XIIIèmes Journées Internationales de Sociologie du travail, JIST 2012- Bruxelles, du 25 au 27 janvier.

Le Goff J.-L. (2013a), « La validation de l’expérience dans le travail social : La professionnalité en question », in  (dir. C ; Bellot),  Le travail social à l’heure de la nouvelle gestion publique : cloisonnement des pratiques ou nouvelles opportunités ? Presses Universitaires du Québec (sous presse).

Le Goff J.-L. (2013b), « La réflexivité dans les dispositifs d’accompagnement : implication engagement ou injonction ?, Interrogations, 15 p. (en cours d’acceptation).

Le Moigne J.-L. (2007), « Sur l’intelligence de la complexité en entrelançant épistémologie et pragmatique », in Le Moigne J.-L. et Morin E. (Ed.) Intelligence de la complexité, Epistémologie et pragmatique, Colloque de Cerisy, Ed. de l’Aube, pp. 13-27.

Magnin, M.,  (2003), « L’accompagnement de l’insertion professionnelle et sociale des jeunes : entre mission et service », in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 7 p.

Martuccelli D., (2001), Dominations ordinaires, exploration de la condition moderne, Balland.

Martuccelli, D., (2002), « Sociologie et posture critique », in B. Lahire (dir.), A quoi sert la sociologie ?, La Découverte, Paris, pp. 137-154.

Miermont Jacques, (2007), « La clinique de la complexité, projet éco-étho-anthropologique », in Le Moigne J.-L. et Morin E. (Ed.) Intelligence de la complexité, Epistémologie et pragmatique, Colloque de Cerisy, Ed. de l’Aube, pp. 223-231.

Milburn P. (2002), « La compétence relationnelle : maîtrise de l’interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs », Revue française de sociologie, 43-1, pp.47-72.

Morin Edgar (2007), « Complexité restreinte, complexité générale », in Le Moigne J.-L. et Morin E. (Ed.) Intelligence de la complexité, Epistémologie et pragmatique, Colloque de Cerisy, Ed. de l’Aube, pp.28-54.

Paul, P. (2003), L’accompagnement à l’envers, un retournement épistémologique ? », in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 3 p.

Perino L., (2012), La nouvelle Gestion Publique et son impact sur les Assistants sociaux : l’influence réciproque des générations, in F. Aballéa (dir.) Institutionnalisation, Désinstitutionnalisation de l’intervention sociale, Octarès, p. 139-149.

Prodhomme, M., (2003), « Et la jouissance de l’accompagnant », in L’accompagnement et ses paradoxes, Colloque international, Abbaye Royale de Fontevraud, 22-23-24 mai, 2 p.

Ravon B. (2008), « Souci du social et action publique sur mesure. L’expérience publique, singulière et critique des problèmes sociaux » SociologieS [en ligne], Théories et recherches, 17 pages, URL : http://sociologies.revues.org/index2713.html.

Renault E. (2007), « Reconnaissance et travail », Travailler, 2, n° 18, pp. 119-135.

Reynaud D., (1993), Les règles du jeu, L’action collective et la régulation sociale, Paris, A. Colin.

Singly de F., (2004), « La sociologie, forme particulière de conscience », in B. Lahire (dir.), A quoi sert la sociologie ?, La Découverte, Paris, pp. 13-41.

Tardieu, B., (2007), « La médiation sociale : invention tâtonnante de possibles »,  in Le Moigne J.-L. et Morin E. (Ed.) Intelligence de la complexité, Epistémologie et pragmatique, Colloque de Cerisy, Ed. de l’Aube, pp. 277-289.

Terra J.-L. (2003),  Prévention  des personnes détenues, Rapport au Garde des Sceaux.

Vrancken D., Macquet C. (2006), Le travail sur soi, Vers une psychologisation de la société, Paris, Belin.

 

 


[1] Par dispositif, en partant des définitions données par M. Foucault (2001) et G. Agamben (2007),  nous désignons un système institutionnel de propositions, de décision, mettant en œuvre des moyens réglementaires en vue de réaliser des objectifs de normalisation de l’action individuelle et collective. « Ces objectifs propres à une communauté ou/et à une société doivent en principe permettre, par leur actualisation au travers d’une structure “politico-technico-administrative”, de pérenniser celles-ci » (Le Goff, 2012a, p.173).

[2] Ces deux recherches ont donné lieu notamment à plusieurs  communications et publications récentes dont celles citées plus haut (Jamet, Le Goff,  2012a ; Guérin, Le Goff, 2011a) ;  nous en faisons ici une synthèse critique.

[3] Entre les accompagnateurs et les conseillers PRC, nous avons dû rencontrer environ 20 personnes.

[4] Nous avons rencontré sur quatre établissements pilotes (Bordeaux, Région parisienne, Région centre et Strasbourg)  environ  50 personnes : bénévoles, professionnels (surveillants, direction, SPIP, détenus et codétenus de soutien). L’enquête a duré 9 mois.

[5] « C’est parce que qu’on se préoccuper de l’autre qu’on le  sollicite  à se préoccuper de lui-même » (ibid., p. 7).

[6] Cette perspective renvoie aux préoccupations émises par M.-C. Bureau (2010) sur les dispositifs d’évaluation du travail  censés prendre en considération les individus dans leur singularité – ce qui génère de nouveaux indicateurs liés au comportement et à la personnalité –, et donc censés « combler les grands écarts entre une demande d’objectivation et, d’autre part, des critères de plus en plus difficiles à objectiver » (ibid., p.166).

 

[7] Pour une discussion sur la  réflexivité  comme instrument de validation de la traduction de l’expérience en acquis voir Le Goff (2012b).

[8] Au sens générique du terme.

[9] Le principe retenu pour sélectionner les candidats est celui du bénévolat (pas d’avantages directs, sinon un accès prioritaire à un travail (atelier, services communs), des facilités de déplacement, éventuellement une télé ou un frigo gratuit à disposition, des remises de peine). Ces rétributions indirectes, relativement symboliques, restent marginales par rapport au travail effectué.

[10] Administration pénitentiaire (AP), Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), Unité de consultation et de soins ambulatoires (UCSA) et Service médico-psychologique régional (SMPR).

[11] Notons que cette situation de crise, en soi exceptionnelle, est toujours présente dans les esprits.

[12] Il devient fictif quand les données produites, voire inventées sur l’activité,  pour répondre à l’évaluation récompensent « les meilleurs tricheurs » (Dujarier, 2010).

[13] Cette nuance est importante car peut-on accompagner quelqu’un ou un groupe contre sa volonté ?

[14] Une contradiction inclut des termes  d’une proposition, d’une interprétation ou d’un problème qui s’excluent de façon logique.

[15] Un paradoxe est constitué d’affirmations ou de constats qui heurtent l’opinion ou le sens commun.

[16] Notre perspective de l’interpolation a un rapport avec la conception de J. Habermas (1987), dans la mesure où il définit celle-ci, selon les travaux de T. Abel,  à partir de l’idée selon laquelle « nous “ comprenons” une action humaine donnée si nous pouvons lui appliquer une généralisation fondée sur une expérience personnelle » (ibid. p.77). La compréhension est ainsi l’interpolation d’une maxime du comportement  qui constitue des énoncés universels expliquant l’enchaînement d’une action (par exemple le froid amène un voisin à couper du bois pour se chauffer, car ayant froid il cherche la chaleur). C’est l’intériorisation de maximes d’action qui permet la compréhension de la situation observée… Dans notre perspective, c’est le sociologue interrogeant le sens d’une action souvent contradictoire ou paradoxale qui produit chez le locuteur, par un travail réflexif et critique,  la compréhension de celle-ci (dans sa contradiction même). L’intériorisation des facteurs d’explication dans le premier cas de figure devient dans notre cas l’objet d’un échange intersubjectif (une maxime d’action co-construite).

[17] Des professionnels citent l’exemple d’accueillir chez soi des jeunes en difficulté (Magnin, 2003) ou de contribuer à aider des personnes immigrées (réfugiées politiques ou non) à entrer dans la clandestinité afin de rester en France (Constancias, 2003).