Une double domination artistique et masculine.

Résumé

Serge Proust,

Centre Max Weber, Saint Etienne 

La norme salariale comme outil d’émancipation

pour les femmes à l’administration culturelle ?

 

Dans l’analyse de la division du travail dans les champs artistiques, la place des personnels administratifs, qui assume le « sale boulot » (Hughes, 1996) est le plus souvent oubliée, les sociologues redoublant, en quelque sorte, l’assignation stigmatisante, manifestée par l’invisibilité de leur contribution, qui constitue une des caractéristiques fondamentales des champs artistiques. Ainsi les analyses sur les effets de genre dans ces champs privilégient les divisions internes aux groupes d’artistes (musiciens : Ravet, Coulangeon, 2003 – chanteurs : Buscatto) alors que les postes administratifs sont massivement occupés par les femmes et que dans de nombreuses compagnies indépendantes la division direction artistique / gestion administrative s’appuie sur une division sexuelle interne aux couples. Dans de nombreux cas, on constate donc un enchevêtrement d’une double domination : celles des directeurs artistiques / hommes sur les personnels administratifs / femmes.

A partir d’une recherche en cours sur un dispositif de professionnalisation en direction de plusieurs compagnies indépendantes, mon intervention portera sur deux aspects.

D’une part, il s’agit de préciser les formes concrètes que prend cette double domination (au cours d’une séance commune, les administratives / femmes se trouvent réunies dans une cuisine alors que les directeurs artistiques / hommes se rassemblent dans une salle classique de réunion) ainsi que la manière dont les femmes sont conduites à l’intérioriser et la manifester. Une administrative est ainsi conduite à indiquer aux directeurs artistiques : « nous sommes à votre service ». Les femmes sont souvent nettement plus diplômées (dans les filières littéraires et/ou d’administration culturelle) que les directeurs artistiques et la position dominée qu’elles occupent est moins le résultat de processus directs de ségrégation (ce serait le cas si les directeurs artistiques choisissaient exclusivement et délibérément des femmes pour les postes administratifs) que l’effets de processus antérieurs de socialisation qui conduisent de nombreuses femmes à choisir les formations à la gestion et à l’administration artistique (massivement féminisées, hors les formations en direction des grands postes de direction) au détriment de l’élaboration de projets artistiques.

 

D’autre part, il s’agira de décrire les possibilités, si ce n’est d’émancipation, du moins pour les administratives de construire des positions et de définir des prises de position affirmant leur réelle autonomie et une autorité spécifique.

Elles s’appuient en premier lieu sur des processus qui répondent à une série « d’injonctions à la professionnalisation » (Boussard, Demazière, Milburn, 2010) émanant des diverses institutions publiques. Disposant d’un capital scolaire important et maîtrisant un ensemble de techniques administratives, financières, politiques, diversifié qui conditionnent l’obtention des ressources publiques, les administratives acquièrent une autorité spécifique à l’intérieur des compagnies dans la mesure où elles sont les seules à véritablement comprendre les conditions sociales des possibilités de mise en œuvre des projets des directeurs artistiques.

Face à des directeurs artistiques qui refusent de se considérer comme des employeurs et les incitent à s’inscrire dans le régime de l’intermittence (ce qui aurait le double effet de favoriser les finances des compagnies par l’externalisation du coût salarial et induire une fausse égalité statutaire), les administratives revendiquent le maintien d’un cadre salarial. Elles renvoient régulièrement les directeurs artistiques à leur position d’employeur de fait, revendiquent des CDI et soulignent les difficultés et dangers des formes précaires d’emploi (les CAE dans la dernière période) dont les compagnies artistiques font un usage massif. Il reste qu’elles sont trop au fait des conditions actuelles de production dans les champs artistiques pour s’illusionner outre mesure sur les possibilités réelles de se conformer aux normes salariales dominantes même si cela leur permet de souligner et de maintenir la distinction salariée – employeur.

 

Boussard V, Demazière D, Milburn P, 2010, L’injonction au professionnalisme. Analyse d’une dynamique plurielle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Buscatto M, 2003, « Chanteuse de jazz n’est point métier d’homme. L’accord imparfait entre voix et instrument », Revue française de sociologie, 44-1, p. 35-62.

Coulangeon P, Ravet H, 2003, « La division sexuelle du travail chez les musiciens français », Sociologie du travail, 45, p. 361-384.

Hughes EC, 1996, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, éd. EHESS, textes rassemblés et présentés par JM Chapoulie.

 

 

Serge Proust

Centre Max Weber

UMR 5283

Université de Lyon

Université Jean Monnet

Saint-Étienne