Appel à communications

Création et innovation

IVe Congrès de l’Association Française de Sociologie

Université de Grenoble, 5-8 juillet 2011

 

Quelle est la place de la création et de l’innovation dans le champ du travail et de l’emploi? Les modèles standard de la diffusion de l’innovation des produits et des technologies se sont renouvelés en intégrant dans leur processus de structuration les usages ainsi que les imaginaires des concepteurs et des utilisateurs. Dans les organisations, la profusion des outils de gestion introduits par les managers a conduit à brouiller la frontière entre les innovations et un mouvement d’adaptation-imitation permanent, d’autant que les transformations se superposent, se télescopent et restent souvent inabouties. Au niveau de l’activité, les processus d’innovation résultent du travail des acteurs qui à la fois s’approprient et mettent en œuvre l’innovation mais aussi résistent, la contournent, la détournent, voire la transforment en y réinjectant leur visées propres. Au-delà de leur définition de l’innovation, les auteurs sont donc invités à étudier sa mise en œuvre et les transformations du travail concomitantes.

Enfin, le travail d’aujourd’hui se transforme suite à une longue série d’innovations, mais s’agit-il simplement des habits neufs de rapports de production demeurant étonnamment inchangés, ou bien assiste-t-on à des évolutions à lire sur les temps plus longs des phénomènes sociaux ?

Le premier axe traite plutôt du niveau global de construction et d’évolution des marchés. Les deux axes suivants portent sur les processus managériaux d’innovation et sur les réponses des salariés, eux-mêmes acteurs innovants (processus descendants et ascendants de l’innovation). Le quatrième axe, transversal, s’intéresse plus particulièrement aux conditions et aux acteurs de l’innovation.

1 – La fabrique de l’innovation

La globalisation et le développement rapide des services intensifient la concurrence entre firmes. Les processus d’innovation passent de plus en plus par un travail de connaissance et de construction sociale des attentes, mais aussi des usages et des imaginaires sociaux des consommateurs-usagers-utilisateurs. Les entreprises déploient des moyens considérables et de plus en plus sophistiqués pour ce qu’elles perçoivent comme des outils incontournables pour leur développement. Les communications attendues dans cet axe devront donc analyser les dispositifs et le travail de ceux qui construisent ces marchés en les articulant et en les resituant dans le processus global d’innovation de l’offre des entreprises.

2 – Le travail à l’épreuve de l’innovation

L’univers de l’entreprise et plus généralement des organisations a été affecté depuis deux décennies par de multiples innovations initiées localement ou importées, qu’il s’agisse de nouveaux outils ou procédures de gestion des process de production, des ressources humaines et des relations socio-professionnelles ou de nouveaux dispositifs organisationnels. Sur la base d’analyse de cas, deux questions émergent plus particulièrement ici : a) Comment ces innovations ont-elles été produites ou introduites, qui en a l’initiative, quelles procédures de négociations ont-elles suscitées, quelles résistances ont-elles occasionnées, comment ont-elles été appropriées… ? b) Quels impacts ont-elles eus sur les rapports socio-professionnels : relations sociales internes au collectif de travail, relations hiérarchiques, identités collectives, etc. ?

3 – L’innovation à l’épreuve du travail

Depuis ses origines, la sociologie du travail a mis en évidence l’inventivité ou la créativité dont faisaient preuve les salariés. Pour autant celle-ci n’a pas toujours été reconnue par la hiérarchie soit parce que les salariés l’ont voulue clandestine, soit parce que les directions s’y sont opposées. Elles n’ont pas débouché en ce sens sur des innovations. Deux questions ici aussi se posent : a) Quelles sont les conditions qui permettent à une initiative émanant de la base d’être reconnue et institutionnalisée par la hiérarchie ? Renvoient-elles à des procédures spécifiques, à l’instauration d’un climat social propice à l’innovation, au développement d’un certain type de relations sociales internes ? b) Quels sont les effets de la reconnaissance de cette créativité ou du refus de son institutionnalisation sur les rapports socio-professionnels : fragilisation ou renforcement des collectifs, assouplissement des normes, mobilisation subjective des salariés ? On pourra aussi s’interroger sur les innovations conduites par les organisations syndicales : comment innovent-elles, dans quels champs et comment ces innovations influent-elles sur les relations professionnelles ?

4 – Milieux, dispositifs et acteurs de l’innovation

Cet axe traite plus particulièrement des conditions et des acteurs de l’innovation. Lesquels reposent sur des propriétés constituées dans le temps, qui ont fait l’objet de processus d’accumulation, d’institutionnalisation ou de consécration et qui exercent en retour des effets sur leur environnement social immédiat, entreprise ou groupe professionnel. Ces propriétés peuvent faire fonction de marqueurs d’identité collective ou individuelle, en tant que spécialisation professionnelle ou comme trait distinctif de personnalité. Pour ce qui est des collectifs ou des services spécialisés, quels sont les circuits de production et de diffusion de l’innovation ? Y a-t-il une division du travail propre à la mise en œuvre d’une innovation, entre conception et exécution ?

Pour ce qui est des acteurs de l’innovation, quelles sont leurs positions et leurs trajectoires (continuité ou rupture) et quels en sont les effets sur l’expérience innovante. Sommes-nous face à des stratégies distinctives, par rapport aux autres membres du groupe des pairs ou par rapport à des groupes concurrents ? S’agit-il de réduire les écarts entre position, dispositions et aspirations, ou de répondre de manière paradoxale à des conditions défavorables, en situation d’exclusion ?

*****

Les propositions (2000 signes au maximum) sont à adresser à Jean-Pierre Durand (jpd.duran@gmail.com), à Frédéric Moatty (Frederic.Moatty@cee-recherche.fr) et à François Aballéa (aballea@wanadoo.fr) avant le 5 janvier 2011. Les auteurs seront avisés de l’acceptation par le RT 25 en février et devront adresser leur papier avant le 15 mai 2011. Les auteurs préciseront l’axe dans lequel ils s’inscrivent. Ces propositions, comme les textes définitifs, devront s’attacher à traiter de la création et/ou de l’innovation, en vue de la publication des meilleurs papiers en un ouvrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *