Appel à communications

Les dominations

Ve Congrès de l’Association Française de Sociologie

Université de Nantes, 2-5 septembre 2013

 

Les sociologues appréhendent souvent les dominations et les résistances qu’elles suscitent dans le travail (hiérarchie, sous-traitance), dans l’emploi (les inégalités face à celui-ci) ou dans les organisations (les relations de pouvoir). Les communications attendues par le RT 25 devront approfondir les résultats déjà engrangés en questionnant l’amont des dominations (causes, légitimations, fondements de leur acceptabilité…) et leur aval (solidarités, alternatives…), y compris en adoptant une posture réflexive. Les propositions comparant plusieurs terrains ou celles interrogeant l’international seront les bienvenues. 

Atelier 1 – La multiplicité des sources de domination

Une des façons d’analyser les évolutions actuelles du travail salarié peut être d’interroger la multiplication des sources de domination en lien avec la crise, réelle ou supposée, des rapports basés sur l’autorité hiérarchique. Sans pour autant que ce mode de domination disparaisse, il cohabite désormais avec des formes de domination qui s’appuient sur la figure du client, sur l’individualisation du travail, sur les normes qualité ou sur l’autorité conférée par la compétence technique et scientifique pour imposer des normes de comportement au salarié. Cette multiplication des sources de domination mérite d’être interrogée sur plusieurs plans. Quel sens lui donner dans la mesure où l’autorité hiérarchique s’est toujours appuyée ou combinée avec des rapports sociaux liés au genre, à l’âge ou à l’ethnicité ? Une telle multiplication quadrille-t-elle l’activité de travail du salarié conduisant à une perte d’autonomie et à une souffrance au travail ? Ou bien, en raison de ses contradictions, ouvre-t-elle des marges de manœuvre et si oui pour quels salariés ? Conduit-elle à fragiliser les salariés qui étaient aussi protégés par l’autorité hiérarchique ? Comment transforme-t-elle l’autorité hiérarchique ?

Atelier 2 – Les dominations en mal de légitimité

Cette session propose d’observer les façons dont s’exercent, se vivent et se transforment les modes de domination lorsque les processus de légitimation entrent « en crise » et n’opèrent plus avec suffisamment de force pour rendre acceptables les orientations stratégiques, organisationnelles et managériales des entreprises. En quoi le rapport au travail et à l’entreprise (ou à l’administration) s’en trouve-t-il bouleversé ? Comment les salariés s’opposent-ils à l’autorité hiérarchique ? Comment contestent-ils  les orientations stratégiques et les dispositifs mis en œuvre par les directions ? Le font-ils de manière ouverte ou clandestine, individuelle ou collective ? Par ailleurs, comment les directions répondent-elles à cette contestation ? La dénient-elles ? Essaient-elles de la prendre en considération ? Cherchent-elles à re-légitimer leurs politiques ? Auquel cas, comment s’opère cette re-légitimation ? « Par le haut », en évoquant des contraintes exogènes, comme celles de la « concurrence » ou de la « crise », sur lesquelles elles ne sauraient agir ? « Par le bas », en mettant en place des dispositifs participatifs ? Ou encore « par le côté », en invoquant la figure du client pour pacifier les rapports sociaux de production ? Enfin, comment se vit et/ou s’organise le passage – ou l’agrégation – d’un mode de légitimation à un autre ?

Atelier 3 (RT25/RT30) – La domination désincarnée

La « crise » a toujours servi d’argument pour mettre en œuvre des modifications dans les agencements institutionnels et sociaux encadrant le travail. La crise financière de 2008 et l’explosion du problème de la dette souveraine n’échappent pas à la règle : de nouvelles dominations audu et par le travail se diffusent dans l’économie et dans les entreprises. C’est du caractère de plus en plus insaisissable et invisible de ces nouvelles dominations que traitera cette session : avec la « crise », c’est le « marché », le « client », la « concurrence » qui sont invoqués pour légitimer le changement. Comment ces entités, le plus souvent intangibles, permettent-elles au management la mise en place de nouveaux assujettissements, de nouvelles formes de domination et/ou d’exploitation ? Quels rôles particuliers pour les dispositifs de gestion dans ces phénomènes ? En même temps, sans doute, de nouvelles stratégies de résistances individuelles et collectives apparaissent. Comment composent-elles avec le caractère évanescent de ces nouveaux foyers de domination, où management et propriétaires des entreprises se déclarent aussi les premières victimes d’une situation qui échapperait à tout contrôle.

Atelier 4 (RT6/RT25) – Domination, systèmes sociaux, émancipation

Il n’y a pas de domination sans réactions sociales revendiquant l’émancipation des hommes et des femmes. Cette session interrogera en particulier les convergences des luttes et/ou des mouvements sociaux qui visent la fin des dominations dans les espaces de travail, dans la protection sociale ou dans les politiques sociales. Les auteurs s’interrogeront sur les crises des modèles de domination au travail et hors travail. Quelles solidarités —ou quelles nouvelles formes de domination— traversent les modes de vie aujourd’hui, les rapports à la protection sociale (et à son non-recours) ? Quels relais sont pris par certaines formes de protection sociale face aux évolutions des modes d’organisation du travail et de l’emploi et aux évolutions des modes d’engagements des entreprises vis-à-vis des travailleurs ? Quelles différenciations selon les classes, les fractions de classes, les groupes ethniques, les genres ou les âges ? Quels leviers peut-on déceler qui conduiraient à une émancipation des salariés et de leurs conditions de vie ?

Atelier 5 – La sociologie du travail face aux dominations

Les fondements et les manifestations des dominations dans le travail sont multiples : logiques financières et gestionnaires, emprise du client et des marchés, flux tendu et lean production, intensification, souffrances psychiques et physiques, suicides, etc. Face à ces constats, quels rôles joue la sociologie – et plus généralement les sciences humaines et sociales – pour lutter contre les dominations au travail et envisager des formes d’émancipation ? Comment conçoit-elle son action, et avec quels résultats ? Certains chercheurs ne préfèrent-ils pas adopter la posture de l’analyste distancié en se gardant de toute intervention concrète ? Estiment-ils ainsi que l’explication des dominations est suffisante en constituant un premier pas vers l’émancipation ? D’autres considèrent-t-ils au contraire qu’il faille coopérer avec les directions d’entreprise pour transformer les « règles du jeu » ? Dans une perspective plus contestatrice, préfèrent-t-ils agir de concert avec les représentants du personnel et les syndicats pour combattre plus frontalement les logiques de l’entreprise et de l’économie ? Enfin, comment les acteurs (salariés, syndicats, associations, partis politiques, etc.) s’approprient-ils les résultats des enquêtes sociologiques pour lutter contre les dominations ?

Calendrier

Les propositions (3500 à 5000 signes) sont à adresser avant le 15 janvier 2013, en indiquant obligatoirement la session choisie. Le Comité scientifique informera les auteurs avant le 15 février, afin qu’ils livrent leur communication le 30 avril 2013.

Contacts

Les propositions sont à adresser (pour les 5 sessions) à : durand@socio.univ-evry.frfrederic.moatty@cee-recherche.frg.tiffon@yahoo.fr,

en plus,

–       à Salvatore Maugeri (atelier 3) : salvatore.maugeri@univ-orleans.fr

–       à Jean-Claude Barbier (atelier 4) : Jean-Claude.Barbier@univ-paris1.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *