Appel à communications

Violences et Société

IIIe Congrès de l’Association Française de Sociologie

Université Paris 7, 14-17 avril 2009

 

Le travail et l’emploi croisent toutes les raisons d’exercice des violences de tous types : violences physiques ou morales, violence symbolique, violence des rapports sociaux, violence des relations interindividuelles, etc. Le lent glissement de la charge physique vers les charges mentales, affectives, psychiques, etc. au travail oriente cet appel à communication qui combine plusieurs questionnements autour de l’interrogation centrale : y a-t-il de nouvelles formes de violence dans le travail et de nouvelles raisons à cette violence, quelles en sont les voies nouvelles de légitimation ? Suscitent-elles de nouvelles modalités de résistance ? Au-delà d’une définition de la violence (et des rapports qu’elle entretient avec les contraintes, la souffrance…), les auteurs sont invités à dissocier les causes et l’exercice de la violence : violence de qui ? Contre qui ?

1 – Les formes renouvelées de la violence au travail

Cette session interroge les concepts utilisés pour analyser la violence au travail : de leur définition à leur opérationnalité, en quoi rendent-ils compte du renouvellement des processus d’exercice de la violence ? Peut-on faire l’histoire des formes de la violence au travail et de sa légitimation?
Doit-on distinguer les « violences organisées » des « violences induites » en opposant un management par la violence (« stress », mise sous-contrôle permanent, management à court terme, cadences, etc.) aux formes de management dont la violence n’est que le résultat de dispositions et dispositifs reposant sur d’autres logiques (efficacité organisationnelle, introduction de nouvelles technologies, développement de nouveaux rapports à la clientèle…)?
S’agit-il alors de violences douces, invisibles, masquées ? Comment objectiver une violence qui n’est pas perçue par les acteurs ? Comment les langages sportifs, militaires religieux, etc. contribuent-ils à légitimer les violences au travail ? Comment et pourquoi sont-ils partagés par la plupart des salariés ?

Comment appréhender un pouvoir qui parvient à imposer un mode d’organisation et de management comme légitime en dissimulant les rapports de force qui sont au fondement de sa fonction ? S’agit-il alors de violences douces, invisibles, masquées ? Cet axe de réflexion vise à catégoriser les violences au travail et à proposer des indicateurs de ces violences.

2 – Les causes et les sources de nouvelles de violence

Il s’agit ici de repérer les sources et les causes sociales des violences selon les situations de travail (donc aussi selon les métiers et les catégories socio-professionnelles). Les violences du travail ne proviennent pas seulement de la hiérarchie ou des pairs, mais de l’organisation du travail. Comment les nouveaux dispositifs gestionnaires et managériaux, les conditions de travail congruentes au « nouveau productivisme » ou aux nouvelles formes de captation de la plus-value sont sources de violences aux formes renouvelées? En quoi l’organisation de la production et l’organisation du travail –en particulier dans leurs formes les plus récentes avec le recours aux TIC— recèlent potentiellement ou produisent de nouvelles violences dans le travail et au travail ? Combien de violences proviennent de l’élargissement des tâches et des fonctions, du travail en équipe semi-autonome, de la réduction de la ligne hiérarchique, de l’autonomie élargie des salariés, de la transparence de la gestion, etc. ? En particulier, les salariés les plus vulnérables (exposition de soi obligatoire, fin des mécanismes protecteurs fondés sur l’opacité et l’anonymat taylorien ou bureaucratique etc.) ne peuvent ouvertement dénoncer sans dévoiler leur propre faiblesse et insuffisance.

3 – Les modalités d’exercice et de légitimation de la violence

Les violences physiques (qui touchent à l’intégrité physique du salarié) ne proviennent pas uniquement des « dominants » (hommes, patrons, contremaîtres…) car il existe aussi des violences corporelles infligées par le salarié à lui-même dans l’exercice d’un métier de force physique par exemple. Existe-t-il des violences autorisées (ou « légales ») dans certains métiers ? Peut-on parler alors de consentement à la violence dans certaines situations de travail ?
Parmi la violence morale ou affective, les violences verbales touchent à l’intégrité morale de la personne : comment s’exprime la domination d’un individu sur l’autre qui ne passe pas par la force physique mais par l’insulte, l’injure, « l’écrasement symbolique » (salarié-contremaître, salariés entre eux, domination des hommes sur les femmes…) ? Que dire de l’usage du mépris ou du refus de la reconnaissance dans les luttes pour le classement interne ? Comment la violence verbale des usagers dans les services peut faire partie des métiers en contact avec les clients ou les publics et comment les salariés l’intègrent-ils ?
Par ailleurs de nombreux discours contribuent aujourd’hui à légitimer et à promouvoir de nouvelles formes de gestion de l’emploi : « flexicurité », mobilité professionnelle, parcours diversifiés et sécurisés, etc. En outre, cette conception inédite de la gestion de l’emploi se diffuse parallèlement à une déconstruction des multiples dimensions de la protection sociale : réforme des retraites, modalités de retour à l’emploi, réforme de la sécurité sociale, etc.
Ce double processus n’accentue-t-il pas la violence institutionnelle exercée dans la sphère hors travail des salariés (contrôle et obligation de pointage, obligation de formation, obligation de déplacement, déclassement, etc.) ? Le statut d’« emploi typique » – le CDI – peut-il dès lors encore protéger de cette violence face à un mouvement de déprotection et dans un contexte de vulnérabilité de masse ? Comment parler des violences liées aux licenciements (quels qu’ils soient), au refus de recrutement, aux discriminations dans les recrutements (genre, ethnie, âge), au maintien dans des types d’emplois sans sécurité (intérim, CDD, précaires en tous genres…) en évitant la compassion ? Quelle posture scientifique inventer qui puisse dépasser les considérations seulement morales ?

4 – Les résistances à l’exercice de la violence

Le travail salarié s’exerçant dans une inégalité de positions (la subordination), sa reproduction passe par l’exercice de la violence. Des formes diverses de résistance à celle-ci existent depuis l’invention du travail salarié : mouvements syndicaux, grèves, actions collectives, violence en retour contre les chefs, expression langagière, retrait, etc. Quelles sont les voies par lesquelles cette résistance à la violence au travail est-elle aujourd’hui déligitimée ? Quels rôles accorder au langage et aux transformations des représentations pour analyser ce processus de déligitimation ?
Dans ce contexte, comment les salariés vivent-ils la « violence économique » incarnée par les restructurations d’entreprises et les licenciements ? S’en accommodent-ils compte tenu de ces nouvelles représentations de l’emploi qui tendent à s’imposer ? Ou bien peut-on repérer des conséquences irréductibles pour les salariés ? Il s’agit aussi d’interroger le rôle du sociologue : la connaissance sociologique peut-elle s’auto-affirmer comme une forme de résistance à la violence au travail ? Quel est le statut de l’expertise sociologique sur les violences (du constat des faits à l’analyse de leurs fondements ou aux préconisations) ?

Les propositions de communications (5000 signes environ) sont à adresser à jp.duran@free.fr,William.Gasparini@umb.u-strasbg.fr età frederic.moatty@enpc.fr avant le 30 septembre 2008 (réponses du Bureau du RT 25 à la fin octobre et envoi des textes définitifs à la mi-mars).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *