Appel à communications

Dénaturaliser le travail : quelle sociologie ?

Congrès de l’AFS 2015

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

En quoi la sociologie du travail se distingue-t-elle des autres sciences du travail, notamment celles qui adoptent des postures biologisantes ou participent au maintien de l’ordre établi ? Comment lutte-t-elle contre le sens commun, les idées reçues sur le travail et les travailleurs ? Dans quelle mesure parvient-elle à déconstruire les essentialismes, à dénaturaliser les stéréotypes de genre, de classe, de « race » ? Comment met-elle à mal les discours dominants, faisant passer pour légitimes, allant de soi, voire indépassables, les inégalités, injustices et autres formes contemporaines de dominations au travail ? En quoi, pour le dire autrement, la sociologie du travail est-elle une science « contre nature » ?

Les communications attendues devront s’inscrire dans l’un des cinq axes suivants. Le premier questionne la centralité du travail dans nos sociétés contemporaines, qui en ont fait le moteur du progrès et le foyer par excellence de l’émancipation individuelle et collective ; le deuxième se propose de déconstruire les processus d’euphémisation et d’intériorisation, qui participent de la naturalisation des rapports sociaux au travail ; le troisième, lui, interroge la façon dont les imaginaires sociaux façonnent les projections et, par là, les pratiques, les trajectoires comme les représentations des individus au travail. Enfin, plus réflexifs et épistémologiques, les quatrième et cinquième axes invitent à débattre du caractère scientifique de la sociologie du travail : l’un, en interrogeant la « nature » des processus de déconstruction proposés, selon le paradigme ou la discipline retenus ; l’autre, en soulignant les difficultés que soulèvent les conditions d’accès au terrain, en particulier quand les enquêtes sont commanditées et financées par des acteurs de l’entreprise, situés et en lutte au sein des rapports de production.

1/ La centralité du travail en question

Les sociétés occidentales modernes sont structurées par le travail. Alors même que les travaux sociologiques et anthropologiques ont montré qu’il s’agissait d’une invention historique, le travail s’y est imposé comme une valeur centrale qui tend à apparaitre comme « naturelle ». Nous assistons cependant depuis les années 1970 à une déstabilisation du salariat, se traduisant par la déconstruction du modèle d’emploi stable et garanti, mis à mal par un chômage structurel et par la multiplication des formes d’emplois précaires. Faut-il y voir le signe d’une remise en cause de la centralité du travail ? Ou au contraire s’en trouve-t-il renforcé ? La crise du salariat est-elle synonyme de crise du travail ? Ou bien assistons-nous à sa métamorphose ? Nos sociétés peuvent-elles être structurées par d’autres activités que le travail ? Ou peuvent-elles coexister avec ce dernier et mettre en cause sa centralité ?

2/ Euphémisation et intériorisation des rapports sociaux au travail

Différents discours, pratiques et systèmes de pensées issus ou aboutissant à une naturalisation des rapports sociaux sont régulièrement observés au travail et dans l’emploi: logique de «compétences», individualisation des rapports d’emploi et de négociations, « responsabilisation » des travailleurs de tous niveaux hiérarchiques et des personnes «en dehors» de l’emploi, place du «mérite» et du «talent» dans les systèmes de sélection, d’affectation et de promotion des personnes, etc. Toutes ces pratiques participent à la négation du rapport social salarial traditionnel mais aussi à la naturalisation de certains critères comme la place du « physique », de l’origine supposée ou réelle, de l’appartenance syndicale, du sexe ou encore de l’âge. Comment s’opère la circulation de ces pratiques et de ces systèmes de pensées ? Comment et jusqu’où s’opère ce que l’on a appelé « la psychologisation des rapports sociaux » ? Des politiques et des pratiques récentes, comme la « prévention des risques psycho-sociaux » ou de « promotion de la diversité » (fondée sur le genre ou sur les appartenances sociales ou ethniques), favorisent-elles une sorte de «rappel du social»? Enfin – et d’autres questionnements pourraient être soulevés – quels sont les places et les usages des sciences sociales dans les différentes formations au «management» et des futurs « gestionnaires du social » ?

3/ Les imaginaires sociaux du travail

Les imaginaires sociaux du travail façonnent un espace des possibles pour les individus. Quels sont les métiers ou les professions qui apparaissent comme possibles, souhaitables, susceptibles d’entrainer la vocation ou la passion, ou au contraire apparaissent comme des repoussoirs? Quelles sont les motivations de ces représentations et comment varient-elles selon le genre ou les appartenances sociales ? Qu’est-ce qui dans le travail est considéré comme la partie noble de l’activité ou du métier et qu’est-ce qui n’en fait pas partie tout en étant accompli ? A qui et comment est délégué le « sale boulot » ? Quelles sont les représentations des employeurs ou des salariés des compétences nécessaires pour exercer les métiers et quelles sont les attentes en termes de trajectoires ou de carrières qui s’associent à ces métiers ? De la même façon on s’intéressera aux représentations du chômage en lien avec celles du travail. Comment et dans quels cas le chômeur est-il perçu comme un travailleur privé de travail et dans quels cas est-il perçu comme un profiteur potentiel devant faire preuve de son activité dans la recherche d’un emploi ? L’expérience du chômage influe-t-elle sur les représentations du travail et des métiers possibles ? Enfin, plus généralement, qu’est ce qui, au travail ou hors travail, est considéré comme du travail et dans quel cas doit-il être rémunéré ou accompli bénévolement

4/ Paradigmes et scientificité de la sociologie du travail ?

Qu’est-ce que déconstruire, dénaturaliser, en tant que sociologue du travail ? En quoi cette démarche se distingue-t-elle d’autres sciences, et s’oppose-t-elle notamment aux approches hygiénistes, technicistes, individualisantes ou lénifiantes du monde du travail ? De quelles armes la sociologie du travail dispose-t-elle pour lutter contre ces approches ? Quelles difficultés rencontre-elle pour faire reconnaître comme légitime et scientifique cette entreprise de déconstruction, à contre-courant de la doxa ? Quels sont, par ailleurs, les mécanismes de déconstruction en lutte au sein même de la sociologie du travail ? Que signifie « déconstruire » selon les paradigmes mobilisés ? S’agit-il de redonner la parole aux acteurs ? De lutter contre les idées reçues, les discours dominants, en saisissant et en rendant compte des représentations et pratiques des travailleurs ? Ou, au contraire, de ne pas s’en tenir à leur perception, qui en restent à la surface des choses, aller plus loin, remonter davantage encore la chaîne de causalité, en interrogeant les processus historiques, les rapports de classes ainsi que les dimensions organisationnelles, managériales, stratégiques qui, en amont, conditionnent voire façonnent les pratiques et représentations des acteurs ? Quelle posture dénaturalise le plus, est la plus scientifique ?

5/ A quoi sert la sociologie du travail ? (Session commune avec le RT30)

Sur quels critères fonder le caractère scientifique de la sociologie, en particulier quand il s’agit d’un objet situé au cœur des contradictions les plus profondes dans les espaces de production de biens et de services, voire de consommation (inégalités de niveaux de vie, travail des usagers…). En particulier dans un champ où les liens entre financements et orientations des recherches ne sauraient être évacués si facilement. En effet, la sociologie du travail n’échappe pas à un mouvement généralisé de cadrage de la recherche autour de projets finalisés. Le financement sur projet constitue un dispositif de structuration et de contrôle de la recherche et, dans le même temps, le vecteur d’une logique gestionnaire hybridant des conceptions entrepreneuriale et bureaucratique. Cette « gestionnarisation » de la recherche pose un ensemble de questions épistémologiques à notre discipline. Comment, sur la durée, s’articulent l’inscription dans l’espace de la recherche contractuelle et les exigences d’approfondissement et d’exploration d’une recherche fondamentale ? Avec quelles conséquences sur l’orientation du métier de sociologue, les modes d’insertion dans la vie des laboratoires et les formes d’engagement vis-à-vis de la société et de ses institutions ? Comment penser également la socialisation au métier de sociologue et la production scientifique des apprentis chercheurs impliqués dans des dispositifs de formation à la recherche en entreprise (ex. : thèse Cifre) ? Enfin, comment penser les publications scientifiques dans ces conditions de production des connaissances, au regard de la quantophrénie ?

Les propositions de communications (3500 à 5000 signes) sont à adresser à Frédéric Moatty (frederic.moatty@cee-recherche.fr) et Guillaume Tiffon (g.tiffon@yahoo.fr). Pour l’axe 5, qui est une session commune avec le RT30, ajoutez l’adresse suivante: rt30@free.fr.

Les propositions devront traiter directement du thème de la déconstruction, présenter clairement la nature des matériaux sur lesquels s’étaye la démonstration, et indiquer explicitement l’axe de l’appel dans lequel elles s’inscrivent. Les meilleures communications feront ensuite l’objet d’une publication dans un ouvrage collectif.

Calendrier

– 5 janvier 2015 : envoi des propositions
– 23 janvier 2015 : avis du RT 25
– 30 avril 2015 : envoi des communications (40 000 signes maximum, bibliographie comprise)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *